TUTOS   DIY   COUTURE   WEB   DÉCO   LIFE   LOVE   CONTACT

19 déc. 2013

Jeudi Vintage : Marilyn Monroe & Arthur Miller

Bonjour mes lapins,

Ça fait presque un an qu'on se côtoie, vous et moi, et je pense que maintenant, on se connaît suffisamment bien pour que notre relation passe au stade supérieur : un rendez-vous hebdomadaire pour parler Vintage. Alors à partir d'aujourd'hui, tous les jeudis c'est Jeudi Vintage ! 
Je vous présenterais un style vestimentaire ou de déco rétro, on se fera un petit décryptage dudit style (dans la veine de mon article sur les Teddy Girls) , le tout soupoudré d'une petite sélection shopping pour l'adapter à maintenant, agrémenté d'une playlist qui fait du bien par là ou ça passe et puis je vous donnerais des tutos de maquillage ou de coiffure, des articles à lire, des projets DIY dans la même veine, des magazines à feuilleter...

Et aujourd'hui on démarre sur les chapeaux de roues avec juste THE glamour couple de la classe ultime : Marylin Monroe et Arthur Miller. Oui, un couple, parce que les mecs aussi ils ont le droit d'avoir le staïle quoi... 
Mais avant de démarrer tout ça, on va se plonger dans l'ambiance avec un peu de musique : 


J'ai choisi ce couple parce qu'en temps que fan du rétro qui se respecte, je voue une admiration sans bornes pour cette bonnasse de Marilyn. Et ce que je trouve très beau et touchant sur ses photos avec Arthur Miller, c'est qu'elle à l'air heureuse pour de vrai, elle a un style beaucoup plus simple et naturel, et quand on connaît l'histoire de la demoiselle, ça fait plaisir à voir...

(j'adore la trombine de la mamie en fond)

Le décryptage :

Aaaah, Marilyn. Icône incontestée des 50's, son prénom est devenu synonyme de glamour : Un blond Marilyn, une robe Marilyn, un maquillage Marilyn...
Le look Marilyn, c'est tout d'abord une taille très marquée et des hanches moulées. Alors oui, c'est pas donné à tout le monde, on est bien d'accord. Mais ce qu'il faut savoir c'est qu'à l'époque, y'avait grosse, GROSSE tricherie : les nanas, elles sortaient jamais sans une maxi-gaine qui leur faisait un derrière rebondi, des hanches aux courbes idéales et un ventre plat (par contre j'imagine même pas l'inconfort respiratoire et l'absence totale de liberté de mouvement) 

On dévoile ses jambes mais à peine avec des jupes ou des robes "crayons", moulantes à taille haute et resserrées en bas ( bonjour encore la liberté de mouvement ) s'arrêtant sous le genou ou à mi-mollet. On ne porte surtout pas de jupe plus courte : je n'ai personnellement rien contre la mini-jupe, mais voilà, les 50's c'est être super glamour tout en étant quand même relativement bien couverte : si on raccourcit, on passe à côté de l'effet voulu.

jupe Smooth Ruth

Et là encore, non, elle n'avait pas les jambes naturellement lisses et satinées, elle portait des bas en soie sous ses robes, couleur chair. On peut opter pour des bas "couture" pour encore plus de sexitude...


On peut quand même porter des pantalons (enfin !) Mais on est encore loin du baggy. C'est taille haute obligatoire, comme pour les jupes, pour bien marquer la taille ; les hanches là encore sont serrées, et on met de préférences des "Capris" , pantalons raccourcis pour là encore dévoiler un peu les jambes.

Pour le haut, avec une jupe on porte un chemisier ajusté, uni de préférence ou un petit twin-set en maille, uni également.



En bref, on choisit des coupes ajustées, taille haute pour les jupes et les pantalons. Rien de bien compliqué, pas la peine de courir les friperies, ce sont des basiques qu'on trouve au final un peu partout ( le chemisier et le pull ci-dessus ont été vus sur Peter Hahn ) et pour toutes les bourses.

Avec une robe, c'est un manteau ou rien ( donc mieux vaut ne pas trop mettre des manches courtes en hiver si la pneumonie ça vous tente moyen) ; et si vous mettez un manteau, il faut qu'il soit long, et en fourrure s'il vous plaît, on ne fait pas les choses à moitié.

Parce qu'on dirait pas comme ça tellement la Marilyn elle envoie du lourd, mais vestimentairement parlant, dans ses tenues de tous les jours, elle était assez simple et portait surtout des basiques bien coupés, elle savait ce qui lui allait et ne cherchait pas plus loin (et elle avait bien raison)

Question chaussures, là encore, rien de compliqué : Des escarpins, des talons, et puis c'est tout.
 
En résumé... Rien de bien compliqué et rien d'introuvable. On joue beaucoup sur le maquillage et la coiffure ( vous êtes pas obligées de vous teindre en blonde hein !) : Un eye-liner bien appliqué pour avoir des yeux de biche, une bouche bien rouge et une coiffure rétro avec des boucles et le tour est joué. 

Bon, comme c'est plus facile à dire qu'à faire, je vous ai trouvé ici un tuto en vidéo pour se faire un brushing "à la Marilyn", et vous trouverez sur le blog de Vintage Make-up tout plein de tutos et de conseils pour se faire une bouche de Pin-up, des yeux de biche, comment entretenir votre blond platine et même comment se faire un faux grain de beauté comme Marilyn...

Tout ça, c'était pour les filles. Mais aujourd'hui on parle de couple, alors voyons d'un peu plus près la mode homme des 50's :

Pour Mr Arthur Miller, lui c'est pas compliqué, il est toujours habillé pareil. Et c'est normal, parce que les types, à cette époque, ils étaient TOUS habillés pareil. (Si vous avez un doute, regardez un épisode de Mad Men : sérieux, au début comment j'ai galéré à différencier tous les personnages masculins moi)
Parce que la mode et les fringues, c'était un truc de meuf, pas un truc d'homme-fort-costaud-viril qui te rammène un saucisson sur la table.
Pour les jeunes, on commençait à être un peu plus décontracté du pantalon, les jeans étaient arrivés et James Dean leur a donné une très bonne raison d'exister; mais quand on avait plus de 20 piges, c'était fini et hop voilà ton uniforme :
Un costume en laine, en soie, en flanelle selon la saison et les moyens financiers ; niveau coloris, idem, le choix est plutôt limité : Noir / gris / marron / beige et on s'autorise de temps en temps une petite folie au niveau de la cravate ou de la pochette (genre du kaki)


En dessous, c'est une chemise blanche, ou bien blanche, ou encore blanche. Seule possibilité de ne pas porter une chemise blanche : porter (en été) un costume de couleur claire (ça veut dire beige) ou dans ce cas une chemise plus foncée est de rigueur.
La cravate et le chapeau étaient bien évidemment obligatoires (sous peine de passer pour un gros malpoli rustre de la campagne), ou bien un noeud papillon mais uniquement pour les grandes occasions. 

Bon, le week-end, on s'autorisait un peu plus de décontraction en laissant la veste de costume au placard (pour que bobonne l'ammène au pressing) et on sortait le petit cardigan en laine pour se rappeller ses folles années à l'université. Mais avec une chemise blanche en dessous, faut pas déconner non plus.

Tant de décontraction, ça me donnerait presque envie de faire une petite partie de croquet moi.
Et devinez ce que porte Arthur sous son pull ?
Donc, tout comme pour nous les filles, si toi jeune homme tu veux avoir le look d'Arthur Miller, c'est pas compliqué : Tu files chez ton vendeur de fringues le plus proche et tu te dégotes un costume pas trop mal coupé.
Et là ou c'est beau, tu peux même t'autoriser quelques excentricités comme Arthur : Tu as le droit (si si promis c'est permis) de dépareiller la veste et le pantalon, en prenant un pantalon foncé et une veste claire. Bon, pour les couleurs par contre, désolée mais pas de rose ou de vert canard, on reste dans les marrons-beiges-gris. Tu assortis tout ça d'une chemise blanche toute bête (tu peux ressortir celle que tu avais achetée pour le mariage de ton cousin)

Et comme toi, tu ne peux pas faire la différence sur le maquillage (je précise que je n'ai rien contre les hommes qui se maquillent et au contraire ça force mon admiration, mais si tu veux avoir un look années 50 c'est pas gagné) tu n'oublies pas de te mettre de la gomina dans les cheveux avant de les peigner soigneusement en arrière :


Et puis surtout tu joues sur les accessoires : Les lunettes rondes en écaille (et puis ça tombe bien c'est branché les lunettes) et la cravate ( là non plus pas trop de folie hein, l'imprimé petits canards c'est pour ta prochaine soirée déguisée) . Et si tu te sens l'âme à faire les choses bien, tu peux ajouter une petite pochette assortie à ta cravate à glisser dans la poche de ta veste. Et là, crois-moi, t'auras la classe.

Lunettes "Harding" de Garrett Leigh. C'est le même modèle que celui que portait Arthur Miller, réédité pour le film "My week with Marilyn" !

Et voilà, toi aussi jeune homme tu sais tout pour te faire un look 50's qui sent pas la naphtaline !

Pour faire un bref résumé, le couple Marilyn Monroe et Arthur Miller, c'est au final des coupes assez simples et des accessoires / du maquillage qui font la différence : Marilyn et Arthur, c'est le clash de la blonde holywoodienne supersexy VS l'intellectuel branché (tout ça me fait penser à Bernard-Henri Levy et Arielle Dombasle niveau improbabilité, mais niveau glamour par contre ça tombe un peu à l'eau) donc jouez à fond là-dessus !

Et c'est tout pour ce premier Jeudi Vintage, j'espère que ça vous a plu et que vous avez appris plein de choses ! On se retrouve jeudi prochain pour un nouvel épisode, une nouvelle époque et un nouveau style et en attendant pour patienter vous pouvez regarder mes autres articles sur la mode rétro !




2 commentaires:

  1. J'aime beaucoup ce décryptage ! J'aime le style Marilyn, parfois je "cultive" le look d'ailleurs car j'ai pratiquement la même morphologie (avec des épaules plus larges, certes). Et dire qu'elle faisait du 40... ça fait plaisir de le savoir ^^'

    RépondreSupprimer
  2. Heureusement que la mode homme a évolué depuis. Même si ça a un certain charme, bien heureux d'avoir autre chose à se mettre sur la peau. Mais c'est sympa du parler (du peu disponible) du coté homme de l'époque! =).

    RépondreSupprimer