TUTOS   DIY   COUTURE   WEB   DÉCO   LIFE   LOVE   CONTACT

5 févr. 2014

J'ai testé... Tout plaquer pour changer de vie et voyager.

Hier, je suis tombée sur un article de L'heureuse imparfaite, que je lis régulièrement. Cet article s'intitule  "Changer" , et je ne vais pas vous le résumer, parce que vous êtes tout à fait capables d'aller le lire vous-mêmes. Mais cet article m'a touchée, parce qu'il y a un petit peu plus de trois ans, j'ai ressenti exactement les mêmes choses. Alors, j'ai eu envie de laisser un commentaire qui commençait comme ça :

"J'aimerais te dire de prendre un atlas, d’ouvrir une page au hasard, de réserver ton billet d'avion, de préparer ton sac à dos et de poster ta lettre de démission sur le chemin de l'aéroport. Mais je sais que ça n'est pas aussi facile..." 

Et là, je me suis arrêtée, parce que je savais que ça allait être beaucoup trop long pour un commentaire. Et que j'avais envie de parler de tout ça, du jour ou j'ai décidé que si, justement, ça pouvait être aussi facile que ça... 

Toutes les photos de cet article sont issus de mon voyage...


Rapide background :
J'avais 23 ans, un mec depuis des années dont j'étais tombée raide dingue amoureuse au lycée, un joli appart, je venais de finir mes études ET de décrocher le boulot de mes rêves. Vraiment. Le genre de boulot que j'hallucinais qu'on me PAYE pour faire un truc que j'aurais fait gratuitement tellement j'adorais ça. J'avais des supers potes, plein de projets, et tout allait bien. 
Tout allait très, très bien. 
Sauf qu'en fait ça n'allait pas, mais alors pas du tout. 
Le hic, c'est que je ne le savais pas, jusqu'à ce soir là, ou je rentrais d'une soirée tout à fait normale, pas spécialement tard, pas spécialement ivre. J'étais dans le métro, mon mec était en train de lire un journal à côté de moi, et là, d'un coup, sans m'y attendre, sans y avoir réfléchi avant, j'ai réalisé plusieurs choses : 

- Mon mec était un parfait connard et il fallait absolument que je le quitte, parce qu'en plus de ça, je ne l'aimais plus depuis longtemps.

- Mon boulot était certes génial, j'avais une chance incroyable de l'avoir, sauf que voilà : c'était le boulot de mes rêves. Pas de ma vraie vie. Que le garder, ça voulait dire abandonner tous mes autres rêves. Partir vivre à l'étranger, faire un méga voyage de fou, aller sur le cercle polaire et beaucoup d'autres trucs encore.

- Je m'étais fait prisonnière de ma propre vie, et j'avais fait ça très bien. 

- J'étais dans la merde.


Je suis rentrée chez moi et j'ai fait comme si de rien n'était, en me disant que ça allait passer. Que je n'avais qu'à serrer les dents et les que les choses allaient s'arranger. Ça n'a pas du tout marché, évidemment.
J'ai juste bien fait semblant pendant quelques mois. Je ne pouvais pas quitter mon boulot, je ne pouvais pas quitter mon mec, mon appart, mes projets, décevoir tout le monde, faire du mal à autant de gens. Ce n'était juste pas possible, je n'avais pas le choix, on me faisait confiance, on comptait sur moi, d'ailleurs c'est moi qui avait voulu tout ça, j'avais bossé dur pour en arriver là, j'allais quand même pas tout laisser tomber, tout gâcher, il y a des années de boulot derrière tout ça.

J'avais l'impression que ma vie était terminée, tout simplement. Pas que j'allais mourir ou quoi que ce soit : mais que tout était écrit, prévu avant que ça n'arrive, et je voyais parfaitement bien ou je serais dans un an, dans cinq ans, das dix ans. J'avais érigé les fondations de ce qu'allait être ma vie, et que désormais je n'avais plus qu'à peaufiner les petits détails. 
C'était une idée parfaitement insupportable. 
Je vais vous épargner les différents stades de réflexion et de pétage de plombs par lesquels je suis passée et zapper directement à la conclusion de presque une année de schyzophrénie totale :

Il est parfois plus facile de croire que l'on a pas le choix. Sauf qu'on a toujours le choix. Il y a la solution de facilité, et le chamboulement total de tout ce qu'on a été. Il y a la sécurité, et la prise de risques maximum. 
J'ai décidé de suivre mon dicton favori :  "Jettes ton coeur loin devant toi, et cours le rattraper".

Et je me suis retrouvée du jour au lendemain sans mec, sans potes, sans appart et sans boulot. 


Je ne vais pas vous raconter comment j'ai fait un tour du monde qui a changé ma vie, comment j'ai maintenant des amis aux qautres coins du globe, comment "je me suis trouvée". Combien c'était fantastique, révélateur, libérateur. Combien ça a été facile, finalement, passé l'étape de THE DECISION. 

Je vais vous raconter la vérité, pas ce qu'on trouve dans les films.
Je vais vous raconter comment ce qui est facile, justement, c'est de tout plaquer. Ce qui est difficile, c'est tout ce qui vient ensuite. Quand l'adrénaline est redescendue. Quand on réalise que c'est pour de vrai. Quand on a pas parlé aux gens qu'on aime depuis des semaines. Quand tu rentres. Quand tu dois retourner à la vie normale, sauf que ta vie normale, elle n'existe simplement plus. Oui, c'est absolument génial et je ne regretterais jamais de l'avoir fait. MAIS, c'est incroyablement dur. 



Je venais donc de quitter mon mec et mon appart dans la foulée (j'ai rompu et déménagé dans la journée, et je vous assure, quand t'as pas le permis et que tu vis dans le même appart depuis deux ans, c'est juste le bordel total), de démissionner du boulot de mes rêves, et avec tout ça de me griller professionnellement pour plusieurs années, de perdre la plupart de mes potes parce que j'avais annulé tous les plans, tous les projets comme ça, sans prévenir.

J'avais tout perdu, tout ce que j'avais construit en plusieurs années, en l'espace d'une seule journée, volontairement. 
Et tout ça pour quoi ? Pour un putain de billet d'avion, sans retour, pour aller dans des pays ou je ne connaissais personne et ou je ne savais absolument pas quoi faire.
Si on était dans un film, j'aurais bouclé ma valise, envoyé mes cartons au garde-meuble et sauté dans un avion, ou j'aurais pleuré quelques heures avant d'atterrir dans un endroit super-exotique plein de gens très sympas. Sauf que dans la vraie vie, ça ne se passe pas comme ça. Dans la vraie vie, tu dois respecter un préavis à ta démission, trouver un nouvel appart et VITE, mettre des sous de côté, préparer ton voyage. Tu as donc plein, plein de temps pour cogiter.

Les semaines qui ont précédé mon départ, j'habitais dans une chambre insalubre (mais c'était le premier truc que j'avais trouvé et qu'on voulait bien le louer pour pas longtemps et tout de suite) , je ne voyais plus mes potes, je bossais comme une dingue pour essayer de compenser mon départ et de mettre un max de tunes à gauche (ce qui est très difficile quand tu viens de déménager) et je crois qu'il n'y a pas une seule nuit ou je n'ai pas pleuré pendant au moins une heure avant de m'endormir.
J'ai douté des centaines et des centaines de fois, j'ai failli tout annuler et essayer de recoller les morceaux plein de fois, dont deux fois très, très sérieusement. Et si je ne l'ai pas fait, c'est uniquement parce que je n'en avais absolument pas la force.

Tout ce que je connaissais et qui m'était familier, les gens que j'appréciais, mon avenir professionnel, mes projets divers et variés tout comme mes petites habitudes, tout ça avait disparu. Et je n'avais rien pour remplacer ce vide. Je devais attendre. Attendre la date fatidique ou je prendrais enfin de putain d'avion. Et je vais vous dire un truc : je n'en avais même plus tant envie que ça. Je voulais toujours partir, ça oui, mais plus pour les mêmes raisons. L'aventure, l'adrénaline, la nouveauté, c'est bon, j'avais donné. Je voulais juste m'échapper de tout ça, de tout ce foutoir que j'avais créé, en espérant que ça n'ai jamais existé...

C'était vraiment, VRAIMENT pas cool comme période. Mais c'était absolument nécessaire. 



Il  fallait que je détruises tout ce que j'avais construit pour faire place nette et construire autre chose par-dessus. J'avais, en fait, besoin de cette période de loose totale pour réfléchir aux raisons pour lesquelles je voulais partir, pour réfléchir à ce que j'attendais de ce voyage, pour justement ne pas simplement m'échapper de mes problèmes et les retrouver en rentrant.
J'ai réalisé que si j'avais voulu ce voyage tellement fort, au point d'être prête à tout quitter, c'était que je voulais "juste" tout quitter et repartir à zéro;  le voyage, c'était l'excuse .
Parce qu'en vrai, j'aurais pu partir sans tout quitter définitivement; partir avec mon mec ou partir seule en espérant qu'il comprenne à quel point j'en avait besoin, poser un gros congé, expliquer aux gens qui m'entourent que j'avais besoin de me retrouver seule, et loin, quelques temps. Ça aurait été compliqué aussi, difficile, j'aurais quand même du abandonner quelques trucs en route, mais ça aurait été possible. Mais je ne l'ai jamais envisagé une seule seconde. J'avais décidé que la seule solution c'était de tout laisser derrière moi. 


Cette période de transition, c'est peut-être ce qui m'a le plus marquée. Parce que j'étais au centre d'une tornade d'émotions, oscillant entre l'euphorie totale et la dépression profonde sans demi-mesure entre les deux. 
Je faisais des cauchemars horribles plusieurs fois par semaine dont je me réveillait... Soulagée. Complètement vidée. Le genre de soulagement que tu ressent après avoir mangé un truc pas net et vomi tripes et boyaux : tu te sens vraiment comme une merde, mais tu sais que ça va aller mieux, maintenant "que c'est sorti".
Je me sentais comme la personne la plus méchante, la plus bête, la plus égoïste et la plus irresponsable au monde. Mais j'ai arrêté, en l'espace de quelques semaines, d'avoir des allergies à tout et n'importe quoi, d'avoir des migraines, de l'eczéma, de grincer des dents la nuit, alors que ça faisait des années que j'avais tout ça.
Pas une journée ne passait sans que je regrettes mes décisions, mais dès que je pensais à l'avenir et que je réalisais que je n'avais pas la moindre foutue idée d'ou je serais quelques mois plus tard, j'avais envie de hurler de joie. 

Et j'ai fini par prendre mon premier avion un matin très très tôt.




Je suis arrivée en Islande et je me suis dit que j'avais fait le meilleur choix de ma vie en commençant mon périple par ce pays.
Parce qu'il n'y a rien et presque personne. Parce que c'est extrêmement dur, comme paysage. De la lave, des volcans, pas d'arbres, presque pas de verdure, plus de moutons que d'humains, il faisait 0° et je dormais dans une tente (bon c'était pas into the wild non plus, j'avais un sac de couchage de compétition, un réchaud et un téléphone) .


Tout est extrêmement sauvage, rude, difficile d'accès. Et incroyablement beau à couper le souffle. C'était exactement ce qu'il me fallait, quelque chose d'aussi brut pour me reconstruire.



J'y suis restée un mois à vadrouiller en stop avec mon sac à dos (c'est le pays le plus sûr du monde), j'ai mangé des trucs chelous, rencontre un allemand qui m'a évité de mourir dans un blizzard en me déconseillant très très fortement de suivre l'itinéraire que j'avais prévu (merci mec dont je me souviens pas le nom), bu de la bière sans alcool parce que trouver autre chose dans ce pays c'est compliqué, écouté beaucoup de musique, je me suis baignée dans des sources d'eau chaude, marché pendant des heures et des heures sur des routes désertes avec un vent tellement fort que tu te retrouve à lui hurler de s'arrêter tellement t'en as marre mais ça ne sert absolument à rien, j'ai beaucoup écrit et dessiné dans mon carnet de voyage (je vous ferais un autre article avec des photos de ce dernier, là ça risque de faire beaucoup pour un seul article hein), je me suis réveillée avec ma tente sous la neige, j'ai fait des voeux sur une montagne soi-disant magique (qui ne se sont pas du tout réalisés soit dit en passant), j'ai découvert le thé au gingembre (qui n'est pas du tout une spécialité locale, hein, c'est juste que je connaissais pas avant et c'est très bon)






J'ai fini par reprendre l'avion pour ma prochaine destination comme si je partais de chez moi pour le week-end, en étant persuadée que j'y retournerais très très bientôt tellement je m'étais sentie bien, chez moi, dans mon élément. 
L'islande, c'est une tempête, c'est des paysages de fin du monde ou de début du monde tu sais pas trop mais t'es content, c'est le feu, la glace, et des cailloux entre les deux.
Je n'ai compris que vachement plus tard que si j'étais allée en Islande, ce n'étais pas du tout par hasard. D'après les légendes, c'est la porte des enfers. Et le commencement du monde. La fin, et puis le début...


Mon voyage ne s'est pas arrêté là, il a continué sur plusieurs pays absolument fantastiques et j'ai fait des tonnes de choses différentes et rencontré plein de personnes passionnantes. Mais si je commençais à tout raconter, j'écrirais tout un bouquin et je suis beaucoup trop flemmarde pour ça. Je vous raconte l'Islande, parce que c'était le début et que ça a été un coup de foudre total. 

Ce qu'il faut que je vous raconte, maintenant, c'est l'après. Le retour.
Si on était dans un film, on me verrait moi à l'aéroport, embarquant dans l'avion du retour, un sourire aux lèvres, le regard rêveur, et puis le générique de fin. On ne verrait pas ce qui se passe ensuite, mais on imaginerait très bien: le retour au pays parmi la famille et les amis, des soirées au coin du feu à raconter mes aventures passionnantes. 
Mais, nous ne sommes toujours pas dans un film. 

J'ai fini par rentrer non pas parce que ça m'avait suffit ou parce que j'étais enfin "en paix avec moi-même", mais parce que j'en avais marre d'avoir deux pantalons en rotation et une paire de chaussures de rando aux pieds toute la journée, parce que j'avais presque plus de tunes, parce qu'il fallait bien que je repense à bosser à un moment. 
Et le vrai retour à la vie normale, ça n'a pas été évident. 



Tout d'abord, tu crois que pendant que tu étais partie, il s'est passé des choses incroyables, les gens vont avoir des milliers de choses à ta raconter. Ben non; eux, ils ont continué leur vie normalement, et en 6 mois il n'y a pas eu de gros chamboulement non plus. Mais ils ont vécu plein de micros-évenements pas importants, pas dignes d'êtres racontés, qu'on ne réalise même pas... Mais qui, mis bout à bout, créent un gros décalage avec toi qui n'était pas là pour assimiler tout ça, petit à petit. C'est rien, c'est insignifiant : des nouvelles expressions, des blagues dont tu ne piges pas les références, leur nouvelle chanson préférée que tu n'as jamais entendue, la nouvelle marque de bière qu'ils boivent, le nouveau tableau dans le salon qu'ils ne voient déjà plus mais qui est nouveau pour toi, la nouvelle boulangerie qui a ouvert en face qui fait désormais partie de leur paysage quotidien... 



Et puis cette question : "Alors, ce voyage ? Raconte !"
Sauf que je pouvais pas. Parce que déjà je ne pouvais pas raconter comme ça tout ce qui m'était arrivé, par quoi commencer, dans quel ordre, qu'est ce qui est intéressant, qu'est ce qui ne l'est pas. 
Et puis en fait, ils posent la question, mais ils s'en foutent un peu. Les grandes lignes, oui. Mais les endroits ou t'es allé, les gens que t'as rencontrés, tout ça ils ne le connaissent pas, ça ne leur parle pas, alors au final, ça les intéresse moyennement. Et c'est normal. 
Et l'autre raison pour laquelle je ne pouvais pas répondre à cette question, c'était que je ne savais plus parler. En 6 mois, je n'avais parlé qu'avec de parfait inconnus et très rarement et brièvement au téléphone avec mes proches, et je ne savais plus comment discuter. Je vous jure, j'étais devenue autiste : si on me posais une question, je répondais, mais brièvement, sans m'étaler (oui je sais, c'est dur à croire) , et si on ne me posais pas de questions, je ne disais rien. Je ne savais pas quoi dire, tout bêtement... Je ne voyais pas l'interêt de papoter pour ne rien dire. Et ça a pris un temps fou à revenir. 



J'ai fini par reprendre une vie normale, petit à petit, à me reconstruire de nouvelles habitudes, à réapprendre à communiquer avec les gens , j'ai trouvé un appart pas trop naze, un boulot alimentaire et inintéressant au possible. 
Et c'est à ce moment là que j'aurais pu regretter : une fois rentrée, le voyage fait, et tout ce que j'avais sacrifié pour ça bel et bien disparu. Ça a pas été évident, je dis pas. J'ai, en gros, "gaspillé" l'année suivante à me poser des questions, à pas savoir quoi foutre, à enchaîner les jobs pourris et le chômage, à ne pas avoir de projets particuliers.  Mais ça a été. Et puis je me suis secouée, j'ai quitté Paris, et j'ai à nouveau fait des projets, j'ai à nouveau envisagé des choses à moyen ou long terme, j'ai à nouveau pris des engagements. 
J'ai toujours la trouille dès que je dois m'engager dans quelque chose qui dure plus d'une semaine, mais j'y arrive, quand je sais que ça en vaut la peine. Je paye toujours le prix de mon gros "FUCK tout le monde moi j'me barre", professionnellement, financièrement, amicalement. Mais ça en valait largement la peine.




Parce que oui, ça m'a changée. Oui, j'ai appris plein de choses.
Maintenant, je sais que ma vie est entre mes mains, et seulement les miennes. Si j'ai envie de faire quelque chose, je sais pertinemment que si je ne fais rien pour l'obtenir, je n'aurais rien. 
Je sais que si j'ai un rêve, c'est MAINTENANT que je dois me bouger pour faire en sorte qu'il se réalise. Je sais qu'en fait, je peux faire ce que je veux si je m'en donne les moyens. 
J'ai toujours, de temps en temps, à nouveau cette envie de tout plaquer et de me barrer. Parce que même si c'est incroyablement dur... Cette sensation de liberté totale, cette page vierge d'avenir avec rien, absolument rien d'écrit et tout à faire, n'avoir rien à perdre puisqu'on a déjà tout perdu volontairement, c'est une drogue très puissante. 
Mais je ne le ferais pas. Parce que maintenant, je fais attention à mes rêves, je ne les mets pas de côté. Je fais attention dans quoi je m'engage, si j'en ai réellement envie. Je sais ce que je suis prête à sacrifier, et ce que je le lâcherais pour rien au monde. 

C'est comme ça que petit à petit, j'ai à nouveau bossé dans ce qui m'intéresse vraiment, que j'ai fait ce blog aussi, que j'ai renoué avec des amis, rompu avec d'autres et trouvé des nouveaux, que je monte doucement des projets qui me tiennent à coeur. C'est pas dit que tout ce que j'ai envie de faire en ce moment change la semaine prochaine, mais comme je sais que ça peut arriver... Je fais attention dans quoi je m'engage. Et donc, je ne me sens pas prsionnière de mes décisions... Donc je n'ai pas envie de tout plaquer.


Mars 2015 : Je voulais rajouter un petit mot à la fin de cet article, parce que vous avez été tellement nombreux à le lire, à commenter, ou à m'envoyer un mail pour me faire part de vos questions, de vos impressions. Tout d'abord, sachez que je lis tous les commentaires et les mails que vous m'envoyez, même si je n'y répond pas forcément... Mais j'apprécie, vraiment, toutes ces petites bribes de vos vies qui me parviennent grâce à cet article.
Ensuite, et parce que à priori, vous êtes beaucoup dans la même situation que moi avant mon départ, je reçois régulièrement des mails me demandant des conseils, comment réagir, quoi faire face à cette envie de tout plaquer. Mon conseil , c'est : parlez-en autour de vous, à vos amis, à votre famille, à des gens qui vous connaissent et connaissent votre situation. Pour ma part, si effectivement j'ai eu, dans mon entourage, des réactions négatives, j'en ai aussi eu de très positives, des "vas-y, fonce !", qui m'ont aidé à franchir le pas. Mais moi, je ne sais pas ce qui se passe dans votre vie, dans votre tête, alors je ne suis franchement pas la mieux placée pour vous conseiller, donc, pardonnez-moi si je ne répond pas dans ce cas, mais c'est que je ne préfère pas donner de conseils dans le vent, à des gens que je connaît pas, à qui je risque de dire la mauvaise chose au mauvais moment...
Voilà, merci d'avoir lu, et je laisse les commentaires ouverts si vous avez envie de réagir... 

197 commentaires:

  1. Et bha il t'en a fallut du courage ! Ton récit m'a beaucoup plu, il y a sûrement tellement de chose encore dans ton expérience, mais tu nous as donné un bon aperçu.

    C'est vrai que j'ai pensé à Into the wild ou encore 2frogs dans l'ouest (un peu moins connu) ^^

    Je te souhaite le meilleur pour la suite ;)

    RépondreSupprimer
  2. Ton texte m'a pas mal bouleversé. Et à mon avis ça serait pas une si mauvaise idée que tu ne le crois d'en faire un livre, parce que ton expérience est, il me semble, très symptomatique de notre génération, et que ça aiderait certains à la comprendre. D'ailleurs, je peux pas m'empêcher de me demander si tu blogues en anonyme de tes proches, parce que sinon, je crois que beaucoup vont avoir la chance te découvrir et de te comprendre plus avec ce texte qu'en des années! Ma problématique est exactement la réciproque de la tienne mais je me reconnais dans beaucoup de ce texte. J'aurais bien pris un café avec toi ;) Bravo pour le courage (je pourrais jamais dormir seule dans la nature!) et que ta route soit belle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je suis d'accord avec Mzell Chichi, écrire un livre ou faire un doc, qqch peut être une très bonne idée, car la frustration de ne pas réaliser ses rêves touchent beaucoup de personnes de notre génération.... Ton récit est juste incroyable, je t'admire :) Bonne continuation dans tes projets :)

      Supprimer
    2. Oh merci <3 Je blogue en effet en total anonymat de la plupart de mes proches, mais ceux qui comptent vraiment savent tout ça. Et puis peut-être qu'un jour on aura l'occasion de prendre un café, qui sait ^^ Plein de bisous à toi et à très bientôt

      Supprimer
  3. Incroyable récit de quelqu'un qui a osé prendre son destin en main! étant moi-même à un tournant important de ma vie ce texte fait écho en moi, alors juste merci, juste avec des mots, de m'avoir donné la force de vivre mes rêves! Autre chose, tes photos sont sublimes...

    RépondreSupprimer
  4. Ton texte m'a tellement touchée que j'aurai du mal à laisser un commentaire.
    Une chose : merci d'avoir raconté les"à côtés", le vide, les difficultés du voyage ; la réalité en fait.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh bah de rien ! Et c'était vraiment le but de cet article : raconter les à-côtés. Parce que des récits de voyage t'en trouve plein partout, et c'est toujours magnifique, merveilleux, plein de paillettes... Sauf que la réalité, ce n'est pas ça, et c'est justement ça qui, selon moi, rend les choses intenses et intéressantes.

      Supprimer
  5. merci pour ce récit sans fard et terriblement juste. quand on est un peu perdu, le voyage c'est ce qu'il y a de mieux pour se perdre encore et finalement se trouver...
    et l'Islande... <3 <3 comme toi je l'ai quittée avec le sentiment que je la retrouverai un jour, obligée.
    J'ai hâte de voir d'autres photos de ton odyssée (parce que c'est un peu ça non ?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. eh eh oui c'était en effet une odyssée ! Vu que ça vous a tellement plu je parlerais peut-être de la suite du voyage dans un autre article, mais vraiment, ce n'était pas le plus intéressant. Bon, c'était vachement chouette hein, mais c'était surtout le début et l'après qui étaient, selon moi, marquants. Mais je vais faire un autre article avec mon carnet de voyage par contre, donc il y aura un peu du reste du trop aussi !

      Supprimer
    2. Bravo pour ce billet très bien écrit. Je suis tout à fait d'accord avec toi sur le fait que la décision et le retour son les points les plus marquants du Changement. le "corps" du voyage est intime et permet de se gaver d'images, de sensations, de sagesse, ...
      quant à la fameuse question "alors, raconte" ... c'est l'épine qui attend tout voyageur au moment des retrouvailles, heureusement, comme tu le dis, le quotidien fini par reprendre le dessus, on se réadapte tant bien que mal, on réajuste, on tire des conclusions, ...
      je te remercie à mon tour pour cet article qui vient me rappeler tout un tas de petites certitudes enfouies bien profond sous une couche de vernis routinier ... belle journée à toi et je reviendrai lire le billet sur ton carnet de voyage (je suis arrivée sur ton blog en cherchant un tuto de couture pour fair quelque chose d'une vieille chemise... comme quoi !)

      Supprimer
  6. Quel courage pour faire ce que tu as fait.
    Et je comprends que l'Islande soit le pays que tu ais choisi. J'ai adoré aussi ce pays surtout parce que comme toi pour son isolement et sa dureté.

    RépondreSupprimer
  7. Quelle expérience! Au moins tu ne vends pas du rêve, c'est la vérité brute, bravo pour cet article!

    RépondreSupprimer
  8. Texte incroyable dans lequel je me retrouve beaucoup ( au début ) puisque je n'ai pas franchi le pas.

    RépondreSupprimer
  9. J'ai beaucoup aimé ton article, notamment le retour... J'ai beaucoup déménagé en Europe pour le travail, les études, mon amoureux, et je ressens la même chose que toi (alors que tu as fait un grand voyage) : ce décalage, les micro-évènements. Et puis, le fait de ne pas savoir raconter ce qu'on a vécu (au téléphone, toujours, je peux être une tombe des fois, je sais pas, j'y arrive pas). Mais après tant d'années à l'étranger, maintenant je m'y suis fait, c'est une vie différente, mais je l'aime ma vie.
    Bonne route à toi maintenant avec sûrement encore des voyages !

    RépondreSupprimer
  10. Wahou chapeau ! J'ai adoré ton texte, tes photos, c'est un article qui fait un effet de fenêtre qu'on ouvre grand et qui ramène plein d'air frais.
    J'adorerais un jour avoir le courage de faire de même, mais étant déjà dans un autre monde en temps normal, si je pars, je me déconnecterai totalement je pense. Ce serait une sorte de rupture finale avec le quotidien, un point de non retour. En tout cas, ton récit fait rêver et rappelle qu'on est pas forcés de rester englué dans notre quotidien pseudo rassurant et si prévisible.
    Il y a un super livre que tu pourrais lire, Le monde de Sophie, de jostein Graader :)

    Bises de la Comtesse

    RépondreSupprimer
  11. Comme mzell chichi ton expérience écrit dans un livre serait superbe comme idée. J'ai adoré te lire, j'aime ta façon d'écrire et cette sensation que tu nous procure. Car oui qui n'a jamais eue envie de tout claquer? Je te trouve bien forte et courageuse je t'envie d'avoir eue cette force de bouger les choses, de tout quitter, de renier tes proches pour tes valeurs. Tu es une personne forte et pleine de sagesse. Super article vraiment

    RépondreSupprimer
  12. Tu es sûre de ne pas vouloir écrire un livre parce que j'adorerais lire la suite de ton périple, autant par rapport aux destinations que ton chemin personnel!!! Ton texte m'a bien remué, c'est le genre de questionnement qui me revient très souvent...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben en fait, je crâne un peu quand je dis que si je vous raconte le reste j'écrirais carrément un bouquin, parce qu'en vrai, le reste du voyage était sympa mais pas vraiment différent de n'importe quel voyage ! C'était surtout le début et le retour qui étaient forts. Alors en gros, j'ai tout mis dans l'article, si je dois écrire un bouquin je suis dans la mouise je saurais plus quoi dire ^^

      Supprimer
  13. Justement, j'ai écrit un article sur le sujet parce que j'ai peut-être une opportunité professionnelle en Islande ! Et je comprends tout à fait tes réflexions parce que je les aies vécues, à petite échelle. Quand je suis partie en Auvergne en quelques semaines alors que j'avais toujours vécu dans le nord, je me suis mise en péril. Parce que justement, la décision de partir a été très rapide, j'ai pas eu tellement à réfléchir. Mais c'est l'après qui a été dur à gérer. J'ai laissé tomber ma meilleure amie au moment ou elle venait d'accoucher, ça a failli détruire notre amitié, j'ai eu un énorme découvert de plus de 1 000 euros et quasi un interdit bancaire, je me suis retrouvée sans personne. Et même si sur place, j'ai vécu un tas de choses, encore maintenant, je me dis que j'étais aussi très vulnérable et que ça m'a causé pas mal de soucis.

    Et depuis que je suis revenue, je ne regrette pas mais j'ai aussi l'impression que c'est tout, je l'ai vécu mon "je quitte tout et fuck everything", j'ai grillé ma chance, parce que je sais tellement tout le bon que ça peut apporter mais que j'ai tellement souffert de tout le mauvais, que je ne me sens plus forcément assez forte pour reprendre de nouveau le risque, alors même que je sais que c'est un peu une voie faite pour moi... :/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. waooou une opportunité professionnelle en islande... Comme tu me fait rêver !! Et puis je comprend le "ça y'es j'ai fait mon délire maintenant je dois me ranger" ... J'ai aussi cette impression, que je ne pourrais pas refaire la même chose, parce que trop dure ! Mais je me dis que l'aventure, c'est pas nécéssairement partir à l'autre bout du monde. Ca peut être se lancer dans un projet complètement fou même à côté de chez soi. En gros, pour moi, c'est décider de se lancer dans quelque chose à fond malgré la peur, malgré les risques. Et surtout, que ça soit fou, et que ça soit un truc que je n'aurais jamais imaginé. Se surprendre soi-même c'est quand ça le plus ouf dans l'affaire ! en tout cas bon courage à toi pour la suite. Et puis, si tu sens que c'est une voie faite pour toi... Je dirais qu'il n'est jamais trop tard.

      Supprimer
  14. Cette publication est parfaite! J'ai adoré la lire du début à la fin.

    Je pense que parfois on a tous envie de réaliser ce genre de chose, partir pendant un long moment et tout plaquer. Mais ne jamais revenir.

    RépondreSupprimer
  15. Je retrouve dans cet article pas mal de choses que j'ai vécu lorsque je suis partie au Canada il y a 3 ans maintenant, c'était un peu moins into the wild comme expérience, mais je me retrouve vraiment dans tes motivations, ton ressenti. Le plus dur pour moi c'était l'incompréhension de certains.
    Aujourd'hui je suis très loin de tout ça, j'ai totalement changé de vie, j'ai encore pas mal de questions, des jours avec et sans... Mais ce qui est sûr c'est que je n'ai plus ce sentiment de voir ma vie "finie" comme tu dis!

    RépondreSupprimer
  16. Cet article est très touchant. Vrai, beau.
    On y pense tous, mais moins souvent aux conséquences.

    Félicitations pour ton parcours en tout cas.

    Camille

    RépondreSupprimer
  17. Bonjour,
    Belle tranche de vie ! Un plaisir à lire, merci pour le passage sur notre blog
    Nous sommes dans le Gers donc en Midi Pyrénées aussi
    Bonne jounée

    RépondreSupprimer
  18. J'ai lu ton billet avec beaucoup d'attention. Et je suis tourneboulee par tes mots, ta sincérité, tes choix... J'écrivais hier que j'avais appris à faire la part des choses et choisi ma liberté en choisissant de serrer les dents pour ttes ces choses que je deteste et qui m'ont donné envie plus d'une fois de tt balancer. C'est vrai. Mais ton texte vient en resonnance face à ce sentiment qui m'envahissait alors et qui vient encore parfois toquer à ma porte... Et la j'ai juste envie de partir seule qqs jours à la mer. Rien à voir avec ton voyage, mais cette znvue de solitude et d'oxygène qui s'en degage me chuchote à l'oreille... pour pleurer peut être, mais aussi pour me retrouver.
    Et l'Islande !! Je suis tombée folle amoureuse de ce pays vu en 4 petits jours, tant que au retour à Paris J'ai pleuré toutes les larmes de mon corps...

    RépondreSupprimer
  19. Ahhhhhhh ! :D

    J'ai adoré ton texte, certes, mais j'ai quand même une réclamation de lectrice à faire (aha, oui, ej me permets): Tu commences avec l'Islande et tu fais comme si le DVD étai rayé entre le chapitre un et la fin du film :D J'ai un projet assez semblable au tien, j'ai déjà tout plaqué pour partir un an et je m'en vais d'ici un an ou deux de nouveau mais j'avais tellement envie de lire toute l'histoire, tous les chapitres de ton périple (oui oui, je suis une flemmarde donc je comprend bien et je n'ai jamais moi-même pris le temps de raconter le mien, de voyage, mais bon, t'écris tellement bien, ça donne envie :p).

    Enfin bref, si j'commence j'vais jamais m'arrêter mais en tout cas merci pour cet article. Je serais aussi de celle qui aurait aimé s'asseoir autour d'une bière (avec alcool si possible) pour pouvoir en discuter, justement parce que c'est tellement difficile... :)

    RépondreSupprimer
  20. Bonjour, comme je te comprends, je suis moi-même partie 6 mois mais avec mon chéri. Le retour a été difficile et je me suis posée beaucoup de questions (que je me pose encore parfois). Mais partir vaut le coup pour remettre les choses dans l'ordre, pour voir qu'on est pas si mal là où on est, que la vie peut être parfois beaucoup plus dur ailleurs... Bref le voyage est indispensable (enfin pour moi). Très beau texte en tout cas :)

    RépondreSupprimer
  21. Whaou quel récit! J'ai adoré te lire!

    RépondreSupprimer
  22. Quel magnifique article ! Tu m'as vraiment beaucoup touchée. Je suis moi-même partie en Australie un peu par hasard dans un moment très difficile de ma vie. Je venais de rompre avec mon copain avec qui j'étais restée 3 ans et je ne savais pas du tout où j'allais professionnellement alors que j'avais bossé comme une dingue à la fac. J'étais complètement paumée, j'avais tout perdu et j'ai pu recommencer à zéro. Ca a été la meilleure décision de ma vie et comme toi, je sens que je sais plus où je vais maintenant. Merci pour ton article :)

    RépondreSupprimer
  23. Que dire... Tu en as dans le froc' ! Ce que tu as fait est tellement courageux...
    C'est un beau témoignage, moins lisse que ce qu'on a l'habitude de lire, ou d'entendre venant des personnes qui on franchi ce cap.

    Belle journée à toi et bonne continuation.

    Moukita

    RépondreSupprimer
  24. Ton article envoi du lourd ! Il me fait rêver et flipper à la fois. Ecris un livre, tu racontes tellement bien !
    J'aimerai tellement connaitre touuuuut ton voyage, le travail que tu as quitté, celui que tu as récupérer. La réaction de tes proches quand tu es rentré …
    Tes photos sont vrmt belles, j'ai déjà une grosse envie de voyage mais avec tes photos l'envie c'est accentué !!

    Bisous et merci pour ce super partage !

    RépondreSupprimer
  25. Poignant comme témoignage, j'ai adoré lire ton article. Il faut beaucoup de courage pour réaliser ce que tu as fait. Sois en fière !

    RépondreSupprimer
  26. Ah ce putain de fucking retour ! pour ma part, je suis partie en Erasmus à 22 ans ! j'ai quitté ma savoie et pris un vol direct pour Vilnius. J'avais pas peur du voyage, de l'inconnu de la langue et surtout j'avais quand meme un petit cadre ! Mais j'aurai tellement aimé qu'on me prépare au retour. Ces trois mois d'été ou j'ai fait que pleurer; ou je trouvais tout le monde naze, les gens qui veulent savoir comment c'était et en fait comprenne rien, la fac où il fallait retourner. Je sais pas comment j'ai trouvé le courage mais je suis rerentré dans le cycle. Je regrette très souvent d'ailleurs meme si cette année à inconditionnellement changé ma vie ! Ce texte est top en tout cas. Bravo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord avec toi Laurie...Erasmus, c'est un peu ca aussi : le dur retour à la réalité, l'incompréhension de tes proches, le retour à la fac et cette envie toujours présente de repartir. Je suis sous le charme de ton article, et tellement admirative ! Bravo !

      Supprimer
  27. En te lisant, je me suis trop retrouvé car j'ai fait la même chose mais en moins trash. Je suis partie du jour au lendemain au canada (moins exotique que toi) mais j'avoue que ça fait du bien de savoir que tu l'as fait. Que tu as eu le courage de tout plaqué pour enfin vivre pour toi.
    Le retour en France est un moment très difficile et douloureux. D'ailleurs je regrette souvent de ne pas être resté là-bas et rêve de refaire pareil mais en Australie. Personne ne comprend ce besoin de lâché prise. Mais à 30 ans, tout le monde te dit que tu n'as plus l'âge. Bref, tout ça pour dire que l'impossible est possible. Savoir que notre vie nous appartient c'est ce qu'il y a de meilleure. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exactement, l'impossible est toujours possible :-D Et puis ceux qui disent qu'à 30 ans c'est trop tard pour faire des trucs fous, déjà ils on torts, ensuite ils sont jaloux, et pour terminer, qu'est ce qu'ils doivent s'emmerder... Si on est en vie, autant l'être à 100% quoi !

      Supprimer
  28. J'ai adoré ton article!
    Moi aussi, j'ai toujours suivi mes rêves, j'ai voulu bosser et vivre à l'étranger et j'ai tout fait pour, j'y ai passé 7 ans maintenant je suis de retour, en France, avec une famille! Nous sommes heureux du chemin parcouru même s'il n'a pas été simple. Des projets, il nous en reste encore des tonnes à réaliser et le fait de savoir qu'on est maître de sa vie, ça compte!
    Bravo!

    RépondreSupprimer
  29. Ca fait plaisir de lire des articles comme celui-ci, je ne connaissais pas ton blog, je l'ai trouvé via HC.
    Ca n'est pas fini, et tant mieux que tu es des projets à moyen et long terme, même si le retour pique fort, l'important c'est que tu ais pris conscience de profiter de la vie.
    L'important c'est d'être bien avec soi, le reste suivra !;)

    Au plaisir,

    Jordane

    RépondreSupprimer
  30. Quel témoignage ! Bien du courage pour dire STOP et partir, tellement de personnes passent leur temps à le dire sans y arriver (moi le premier). Alors ici ou ailleurs, bonne continuation pour ton "voyage" de vie.

    RépondreSupprimer
  31. Je suis dans une situation où je me pose beaucoup de questions, et ton témoignage m'a passionnée, je l'ai trouvé tellement court! J'avais envie de connaître tous les détails, les galères, les gens, les sensations et tout, j'ai tellement soif de voyages, d'aventures et de sensations "réelles"!

    Je vis une vie similaire à celle que tu avais "avant", job de rêve, études terminées, appart plutôt cool et amoureux (en revanche, je l'aime à la folie), mais j'ai besoin d'autres choses, d'autre horizons et de solitude, ton séjour en Islande me parle beaucoup et m'a beaucoup remuée, d'ailleurs je te recommande le livre "Rosa Candida" qui se déroule dans ce pays (hors sujet total).

    Bref, merci pour ton expérience, et merci de l'avoir partagée!

    Bisettes,
    Lola

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et bien tu sais, comme je l'ai dit dans l'article, j'ai choisi de tout plaquer mon partir loin, mais ce n'est pas une nécessité. Il y a d'autres solutions, si tu as envie de partir, tu peux le faire sans tout laisser tomber ! Ca demande une sacrée organisation, du courage et quelques sacrifices, mais c'est toujours possible :-)

      Supprimer
    2. Jamais vu un ego pareil , j espère ma pauvre fille que tu redescendra bientôt de ton nuage . J ai , moi aussi beaucoup voyager et j ai rencontrer plein de "wannabe " globe-trotter de ton genre ; qui pense découvrir le monde et s évader alors qu il ne sont meme pas capable de se séparer de leurs pc ou de leurs écouteurs ...
      (90% de ceux qui suivront ton exemple finiront a la rue complément a l ouest , j espère que tu a conscience de ça) Tu fait bien partie de la génération " fuck tt le monde , moi je me barre " le seul détail que tu oublie , c est que tu n est rien sans les autres .Si l atlas t avais dirigé au nigeria ou au tchad tu ne serai pas revenu indemne ( partir en irlande .... la blague)

      Supprimer
    3. Eh Ano faut se calmerrr, y'a pas besoin d'être sur la défensive direct comme ça
      les gens ont le droit de rêver, franchement je te plains d'avoir cette mentalité je trouve ça triste d'être aussi peu ouvert d'esprit et haineux
      Et la fille c'est pas une suicidaire non plus elle va pas aller dans des pays à risques elle avait juste besoin de se découvrir puis en plus c'est l'Islande c'est pas l'Irlande
      Après y'a des gens qui ressentent ce besoin de partir, s'évader
      Ils ont pas après forcément besoin de se mettre totalement à l'écart de la société et peuvent continuer à avoir des rapports humains via internet etc.
      T'as l'air tellement haineuse ça en est choquant srx puis ça peut être blessant aussi

      Supprimer
  32. Ca fait du bien de lire un récit honnête et terre-à-terre. Se sentir prisonnière de sa vie, c'est dingue comme ça peut arriver vite. Je te félicite d'avoir eu le courage de t'écouter, c'est comme ça qu'on apprend à se sentir en paix, je pense.
    Au plaisir de te lire !
    Céline

    RépondreSupprimer
  33. Pour diverses raisons, je me reconnais à travers ces mots très forts, très beaux... merci pour ce partage et bon courage à toi :)

    RépondreSupprimer
  34. Article très puissant!!!
    Je connais ton ressenti... surtout le fait de se sentir prisonnier de sa vie parfaite, construit avec ses propres efforts! Moi j'ai réalisé aussi à quelle point il est important de réaliser ses rêves MAINTENANT et qu'en fait, c'est possible, il faut pas remettre tout à demain. mais tu as raison, cest dur tout ca, mais ca vaut tellement la peine! et comme toi, mon blog si superficiel fait partie de ce rêve: faire quelque chose qui n'a pas de "sens", ca fait du bien par exemple :) un bien fou!

    bref, je voulais pas parrler de moi, mais ton texte est très inspirant. et rigolo! tu écris très bien!

    RépondreSupprimer
  35. j'aime bien ce que tu dis des amis quand tu es rentrée, d'une certaine façon je m'y reconnais. je vis à l'étranger depuis plusieurs années, et ce que je vis est trop différent, on a du mal à communiquer, et meme mes parents je les sens s'éloigner. c'est un peu triste mais pas tout à fait, faire des choix c'est toujours renoncer à beaucoup de choses!

    RépondreSupprimer
  36. ton récit est juste d'une incroyable intensité !!! tu m'as fait voyager et rêver pendant plusieurs minutes !!!

    ce courage que tu as eu de tout plaquer est dingue !!! cette vie toute calculée du début, nous la vivons tous mais peu OSE comme toi, tout balayer pour réécrire la page à sa manière, quelle force ! juste envie de faire la même chose (sans le mec quand même ! ;-) bravo et merci, un réel vent de fraicheur pendant ma journée de travail ! Merci et bravo

    RépondreSupprimer
  37. Passionnant! Ca me conforte dans mon projet de tout plaquer sans rien quitter. "Je pourrais partir à l'autre bout du monde", je me disais encore la semaine dernière... trop facile (après je dis pas, un petit aller pour une contrée inconnue, ça se refuse pas). Mais mon courage va être d'être qui je suis VRAIMENT ici et avec les autres. Et moi aussi, j'en chie!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben oui, comme tu dis c'est sans aucun doute beaucoup plus difficile d'être VRAIMENT soi-même chez soi, avec les gens qui te connaissent comme tu es depuis des années et qui du coup arrivent pas bien à suivre quand tu décides d'arrêter de faire semblant, et d'être toi. Parce qu'à l'étranger, entourée d'inconnus, personne ne te connaît, les gens n'ont pas d'attentes, tu peut être qui tu as envie d'être . Alors bon courage quoi !!

      Supprimer
  38. waouh! j'en suis bouche bée! incroyable! et les photos.......sublimes! merci.

    RépondreSupprimer
  39. Magnifique ♥ J'aimerais avoir autant de courage que toi, et moi aussi me retrouver dans un pays inconnu pour me retrouver.

    RépondreSupprimer
  40. J'ai adoré ton article et j'aimerais également avoir la suite de l'histoire !!! Ce sera dans ton futur bouquin très certainement :) Je suis en pleine remise en question, ça m'aurait pas mal aidée, je pense haha.

    Alice

    RépondreSupprimer
  41. J'aimerais parfois avoir ce courage de tout quitter... mais pour aller où, comment, combien de temps, pourquoi,... mais surtout avec quel argent^^ Et puis partir c'est bien, mais je ne sais pas si après j'aurais l'envie de revenir à une "vie normale".
    Sinon je vois que l'islande est un superbe pays, j'y penserai le jour où je serais motivée à tout quitter ;)

    RépondreSupprimer
  42. "Jettes ton coeur loin devant toi, et cours le rattraper"
    Cette citation est TELLEMENT belle!
    Je me retrouve dans ce que tu dis, même si mon expérience personnelle est bien différente de la tienne.
    Et comme je suis une hypersensible je dois avouer que j'ai pleuré tout le long de la lecture de ton article. Je suis hyper touchée par ton récit, poignant, sincère et très courageux.
    Au plaisir de te lire très vite, je t'envoie de douces pensées!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh je pensais pas faire cet effet là... Merci beaucoup pour ton message et les douces pensées, et puis à très bientôt !

      Supprimer
  43. Très beau récit! Tu as eu beaucoup de courage et aussi beaucoup de chance de faire se voyage, je pense.
    Ce que tu racontes me touche car j'ai aussi l'impression que "ça ne va pas du tout". J'ai un copain depuis longtemps, je vais terminer mes études et mon futur métier est tellement en pénurie que je suis sûre d'avoir une place. Et comme tu dis, mon avenir est tout tracé. Mais je n'aime pas ça.
    Je ne pense pas avoir le cran de partir (même si ce serait plus facile: pas d'appart à quitter, pas de job à quitter...). J'ai juste l'impression d'être une loque condamnée...
    En tout cas, ton article aura le mérite de me faire réfléchir pour les prochains jours ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu sais, on n'est pas obligéint un plan de bataille. C'est bêes de partir à l'autre bout du monde pour changer sa vie. Si on en as l'envie, que c'est plus fort que tout et qu'on se sens comme "une loque condamnée"... C'est qu'il faut agir et surtout t'écouter. Te poser, réfléchir à ce que tu veux, ce qui te fait rêver... Dresser une liste de tes rêves, de tes projets. Et mettre au pote mais rien que de mettre les choses à plat sur papier et de réfléchir à comment on pourrais rendre tout ça possible, tu es déjà dans l'action et le reste suis (presque) tout seul !

      Supprimer
  44. Ton texte et ton témoignage est juste magnifique tu mérites largement cette belle UNE et mérite d'être lu :) Ton récit est encourageant il donne envie de faire les bons choix en pensant à soi avant tout en assumant les choix que l'on fait parce qu'on est maitre de soi :) merci en tout cas pour cette belle leçon !!!

    RépondreSupprimer
  45. Bonjour.
    Je viens d'entièrement lire ton article, je l'aime énormément. J'ai rêvé durant de nombreuses années d'aller tout d'abord passer un trimestre à l'étranger pour ma scolarité. Mais mes parents ne voulaient pas, et puis je ne voulais pas abandonner mes grands-parents, et puis et puis et puis des tonnes d'autres arguments qui me faisaient rester là. Aujourd'hui, je regrette de ne pas avoir insisté, oh que oui, je le regrette fortement. Mais c'est trop tard. On dit que ce n'est jamais trop tard mais je ne suis pas d'accord, je ne peux pas revenir dans le passé, revenir en seconde et me casser en Irlande pendant un trimestre, voire plus.
    Alors désormais, j'attends. J'attends de partir voyager, mais je crois que je ne veux pas y aller seule car je suis peureuse, j'ai peur qu'il m'arrive un truc comme il m'arrive souvent et que je ne citerai pas. Je veux y aller avec quelqu'un. Pas de la famille. Avec mon chéri, je crois que c'est totalement impossible, on n'a pas la même vision du voyage. Avec des amis? Impossible, je n'en ai pas vraiment, ou alors nous ne nous entendrons jamais pour voyager. Je me rends compte que je perds petit à petit mes occasions de réellement partir. J'ai bientôt 18 ans, je suis à la fois partagée entre le ''entrer dans la vie active'' ou alors tout abandonner pour découvrir la vie, pour découvrir différentes cultures. Je me pose tellement de questions.
    Je ne peux vraiment pas partir seule, au risque de ne plus revenir. Mais personne n'est là pour partir avec moi.
    Putain. Lire ton article me fait passer tellement d'émotions, tellement, que j'ai envie de crier.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pardon mais non, il n'est jamais trop tard... Surtout si tu a bientôt 18 ans : tu vois moi je suis partie, j'avais 23 ans (ce qui veux dire que tu as encore facile 5 ans) ; donc ne te dit vraiment pas qu'il est trop tard... Et puis surtout, n'aie pas peur. Enfin, plutot, fait malgré la peur. Oui, il peux t'arriver tes emmerdes, oui tu peux tomber sur des gens louches, mais ça ça peut t'arriver n'importe ou, avec n'importe qui. Ce qui est intéressant c'est de faire malgré la peur, de prendre le risque, de se mettre en danger... Et si tu ne t'en sens pas capable maintenant, c'est pas grave ! Si déjà maintenant tu en as l'envie, que tu y pense, tout ça va faire son chemin tranquillou et un jour, ben, tu te lanceras malgré les "mais" !

      Supprimer
    2. Il n'est pas question de mettre sa vie "à la poubelle" pour sauter de façon inconsidérée dans l'inconnu le plus total. Il est question de se prouver à soi-même ce dont on est capable côté prise de risques, et de se retrouver seule face à soi pour réfléchir, débarrassée de l'influence de notre ancien quotidien.
      Et pour ça, il suffit juste de décider de "partir en vacances" toute seule, sans négliger les moyens de le faire, donc les précautions nécessaires. Mais attention ! Toute seule, ça veut dire, débarrassée de l'influence de son ancien quotidien... Pas question de finir toutes ses soirées au bout du fil avec chéri/maman.
      http://www.dailymotion.com/video/xn2fd3_temoignage-d-une-adolescente-surdouee_lifestyle

      Supprimer
  46. C'est clair qu.il faut des tripes pour faire ce que tu as fait, et décider comme ça de prendre ton destin en mains. En même temps, tu ne le fais jamais que pour toi et le but est bien d'aller au gré de tes envies :) C'est pas à 90 ans que tu pourras aller crapahuter de par le monde!
    Une belle expérience de vie que tu nous fais partager là! Merci à toi!

    RépondreSupprimer
  47. j'ai avalé ton article ! tu as très bien expliqué des choses que je ressens, et je te félicite d'être allée jusqu'au bout ! moi, sans partir à l'étranger, j'ai changé complètement de travail, ce qui a aussi changé pas mal de choses dans ma vie ! ce n'est pas comparable à toi, je sais bien, mais ça m'a demandé tellement d'énergie, que je ne pense pas en être capable une seconde fois, car tout recommencer à 0 (j'avais repris mes études, quitté mon appart, changé de revenus à la baisse hein) c'est dur ! malgré tout l'envie de me barrer à l'étranger et de construire une nouvelle vie là bas, me taraude toujours... qui sait :) je te le redis mais bravo et toi et merci pour ce très bel article !

    RépondreSupprimer
  48. Bravo pour cet article. Je m'y suis retrouvé un peu vu que j'ai aussi tout plaquer un beau jour (copine, boulot, petite vie tranquille,..)
    Par contre je n'ai pas voyager, je ne le pouvais pas. C'était il y a six ans et depuis un an et demi, ma vie a complétement changer. Alors aujourd'hui j'y réfléchis. Peut-être pas à l'étranger faute de moyens mais je pense plutôt à un tour de france :)
    En tout cas encore une fois bravo pour ce bel article !

    RépondreSupprimer
  49. Ahhh ton article est tellement touchant. Parce que je me retrouve dans tes mots, en partie du moins. J'ai 22 ans, je suis en dernière année de master de droit, et je me fais complètement chier là-dedans. J'ai ce rêve de partir, partir loin, partir longtemps. Mais c'est difficile de pouvoir le réaliser. Déjà, je suis en couple. Et même si, en soi, cela n'empêche rien, cela rend les choses plus difficiles. J'ai beaucoup de mal à être séparée ne serait-ce qu'une journée de mon copain, mais alors 6 mois ou 1 an, c'est impossible. En plus de ça, ce voyage, c'est une chose que je veux réaliser avec lui (c'est même pas concevable de le faire sans lui en fait). Le hic c'est qu'il va très probablement entrer en école de kiné à la fin de l'année scolaire, après 4 ans de galère, et la formation dure 3 ans. 3 ans c'est très très très long à attendre. Alors je prépare mon voyage, en faisant ce que je peux, en mettant un peu d'argent de côté tous les mois avec mes modestes moyens, mais c'est dur. Surtout que j'ai pris la décision de passer le concours pour devenir enseignante l'année prochaine, et cela remettrait pas mal en cause mon projet (bon faut que je me renseigne sur les possibilités de prendre des congés sabatiques). Bref, je suis un peu perdue^^. Enfin bon, ton artice m'a ému, m'a donné de l'espoir aussi.
    C'est si joliment écrit.

    Bonne soirée et merci pour cet article

    Bonne soirée!

    RépondreSupprimer
  50. Super récit, impossible d'en décrocher. Quel courage tu as eu ! Bravo. Je te souhaite beaucoup de bonheur dans ta "nouvelle" vie.

    RépondreSupprimer
  51. Merci pour ce témoignage. " Ne pas savoir quoi dire " c'est ma vie et c'est très bien comme ça. ;)

    RépondreSupprimer
  52. Un très bel article, poignant émouvant et tellement vrai... ! Merci pour cette jolie tranche de vie et bonne route à toi

    RépondreSupprimer
  53. Bravo pour ton témoignage. Je n'ai pas tout quitté comme toi du jour au lendemain mais l'été dernier, j'ai changé de pays avec ma famille, je suis revenue en France après des années d'expatriation. Je n'avais pas de contraintes dans le sens ou j'ai trouvé un logement, mes amis sont restés mais cela a été un tel chamboulement que j'ai encore du mal à m'en remettre. Quitter sa zone de confort. Oser quelque chose de différent. Je sais que la suite sera belle, magnifique. Mais pour le moment, je suis encore en pleine transition. Je découvre ton blog avec plaisir et promis, je reviendrais. Belle soirée

    RépondreSupprimer
  54. Je rêve de faire ça... j'ai tout à l'extérieur mais j'hurle à l'intérieur

    RépondreSupprimer
  55. cest assez merveilleux que je clique sur ton blog pour la premiere fois en tete d hellocoton alors que je suis moi meme en islande aujourdhui ¡
    merci pour ton recit tres sincere

    RépondreSupprimer
  56. Oh mince ton article m'a mis les larmes aux yeux. Tellement envie de tout plaquer... Je l'ai fait plus ou moins il y a 1 an en quittant la région où je vivais, mais ça n'est pas assez, je veux voir plus loin vivre autre chose, me retrouver...

    RépondreSupprimer
  57. Merci HC de m'avoir fait découvrir ton blog, j'ai adoré ton article =D
    Je viens de passer 5 semaines dans le plâtre à mon retour du Mexique, à cogiter plein d'idées dans ma tête, à être déprimée, à réfléchir à ce que je vais faire cette année, à perdre 3 amies d'un coup,à vouloir me casser...
    J'ai obtenu mon diplôme de conseillère en herboristerie mais je ne sais pas comment réaliser mon rêve : ouvrir mon magasin et créer ma marque de produits naturels... =$
    Je suis en couple depuis 3 ans, c'est quelqu'un de bien et on est amoureux, mais il n'est pas heureux dans son boulot et moi j'en ai pas encore, on ne veut pas vivre en Belgique et j'attend qu'une chose c'est qu'on se barre! J'ai vraiment besoin de partir mais pour toujours, pour me reconstruire ailleurs, plus sainement. Commencer une vie professionnelle et amoureuse en vivant avec mon Fox,...
    Ton récit m'a beaucoup touchée, tu as été très courageuse et tu as bien fais! Je suis à fond dans les blogs voyages et j'ai adoré cet article, tes photos d'Irlande font rêver pourtant je n'aurais jamais pensé à aller dans ce pays avant!

    RépondreSupprimer
  58. Wouah! Très bel article, bourré d'honnêteté. Il y a des moments où, j'ai l'impression de me lire. J'ai vécu un peu la même chose que toi (en moins intense sur le départ), en quittant un bon boulot, bien payé, pour l'autre bout du monde. A mon retour, les mêmes questions que toi, et j'ai passé 2 ans à me reconstruire de cette aventure, à arriver à me retrouver une place et à mener une vie en accord avec mes rêves et mes croyances. Et comme tu le dis si bien, ce n'est vraiment pas facile. On ne sait pas de quoi demain sera fait, mais on ne changerait pour rien au monde ces décisions qui ont tout bouleversé. Je ne te connais pas, mais je te souhaite sincèrement de trouver ta voie, et de continuer à suivre tes rêves, c'est le plus important. Bravo et merci pour tes mots!

    Emma

    RépondreSupprimer
  59. très bel article ! Tu as eu beaucoup de courage :) Je suis un peu sans voix et suis admirative de ce que tu as fait

    RépondreSupprimer
  60. Ton article m'a beaucoup touché! Et je pense qu'il doit correspondre à pas mal d'entre nous, cette envie de tout plaquer et de partir vers l'inconnu. Cela m'arrive parfois de vouloir partir loin, loin mais je n'ai pas envie de tout plaquer, j'aime ce que je fais et les gens qui m'entourent! Cela dit cette envie de partir loin n'arrive que lorsqu'ai le moral au plus bas, ce qui heureusement est rare...
    Sisi, tu devrais en écrire un livre ou alors un blog sur tes voyages, ce que tu as sacrifié pour partir, les réflexions et tout le blabla qui t'est passé par la tête avant de tout plaquer, cela pourait aider beaucoup de gens!

    RépondreSupprimer
  61. Ton récit est très vivant et passionnant ! Tu as eu du courage ! Mais tu as raison, ils sont si nombreux ceux qui restent pour de mauvaises raisons, se pourrissent la vie et celle des autres avec !

    RépondreSupprimer
  62. Rentrée il y a trois ans d'un long voyage également, j'ai lu ton récit les larmes aux yeux: j'ai vu écrit ce que je n'ai jamais réussi à dire. Dans ton ressentiment par rapport aux relations avec les amis, et l'impossibilité de raconter quoi que ce soit au retour... Merci, vraiment.

    RépondreSupprimer
  63. Super témoignage! Merci à toi de raconter tout ça! tu devrais en faire un livre vraiment.

    RépondreSupprimer
  64. Oui, c'est vraiment symptomatique de votre génération. Une génération qui n'a pas connu la frustration et qui se complait à se plaindre sans cesse.
    Vous êtes des éternels insatisfaits, toujours en train de vous plaindre, incapables d'apprécier les choses simples, la vie tout simplement.
    OMG ! Ma vie est dure, j'ai un travail, j'ai fait des études, j'ai des amis, etc... Alors que des enfants ne peuvent aller à l'école, des adultes font la manche pour survivre, des pays sont en guerre. Mais voilà, la jeune génération a tout et se plaint !
    Les jeunes se créent des maux, si vous aviez connu la frustration, la vraie, vous n'auriez pas ce besoin d'évasion. C'est toujours mieux ailleurs !
    Une génération égoïste, sans empathie aucune !

    Ellen

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une génération élevée par des gens comme vous...
      CQFD

      Supprimer
    2. Désolée, je n'ai pas élevé "une génération", d'une. Et de deux, je n'ai pas d'enfant donc pas de CQFD ! Et je n'ai pas 40 ans mais 28, vous me faites bien rire !
      On sent votre susceptibilité dont j'avais oublié de parler, merci de me le rappeler au passage.
      Tout plaquer pour voyager, n'est rien ! Immigrer pour vivre dans un autre pays, c'est autre chose. Là, est le vrai défi !
      En gros, vous êtes des immatures, des nombrilistes ! Vous rejetez les responsabilités, les contraintes. Il faut satisfaire en tout point les enfants-rois !
      Je me gausse en lisant les commentaires, c'est bon elle est partie voyager. Les jeunes ont besoin de VACANCES, de changement.
      Si vous êtes déjà aigri à 23 ans et blasé par votre vie, c'est inquiétant !

      Supprimer
    3. Peut-être qu'on est une génération blasée, mais au moins on a des rêves, et on a le culot de les atteindre. Et si vous commentez cet article, que tu vous l'avez lu et que vous avez lu tous les commentaires, c'est certainement qu'il vous intéresse aussi.

      Supprimer
    4. Tout le monde a des rêves et heureusement. On ne peut pas parler de culot, franchement ! Et si j'ai lu cet article, c'est tout simplement que je suis curieuse de tout et si j'ai tout lu c'est que pour se faire une idée globale des choses il faut en connaître tous les paramètres, tous les aspects.
      Maintenant, comme le dit quelqu'un plus loin, il y a des gens qui ont de vrais problèmes dans la vie et qui eux ne peuvent rien faire pour changer leur condition. Il faudrait peut-être relativiser dans la vie !

      Supprimer
    5. Une génération nombriliste, sans empathie aucune ? Que pourrait-on dire de celle que vous incarnez, vu votre commentaire trollesque ?
      Relativiser ? Comment relativiser quand on ne connaît rien d'autre qu'un quotidien qui nous empoisonne tous les jours alors que d'autres en rêvent. Dire "Ma vie est dure, [alors que] j'ai un travail, j'ai fait des études, j'ai des amis, etc..." Ok, matériellement c'est se plaindre d'aise. Objectivement, c'est au contraire se plaindre d'un malaise profond que personne ne veut comprendre, et que l'on s'explique mal.
      Oui, il faut du culot pour sortir de ce soi-disant "meilleur des mondes" quitte à toucher le fond, puis revenir transformer son point de départ. C'est pas juste "partir voyager" comme vous le dites. Vous pensez que transformer sa vie est plus simple que de la refaire ailleurs ? Sur quoi vous vous basez pour dire ça ?
      Et pour finir, pourquoi dites-vous "Vous rejetez les responsabilités, les contraintes." ? Je ne vois pas où est rapport.
      (Ceci est un message de la part d'un immigré de 26 balais.)

      Supprimer
    6. Je réponds à "'l'immigré de 26 balais", moi qui suis une immigrée de 35 balais !!! J'ai vécu dans beaucoup de pays alors je suis bien placée pour en parler, et oui vous vous plaignez TOUT LE TEMPS pour TOUT et à la fin c'est pénible !! Bordel !! Cette personne a tout à fait raison. Vous êtes ridicules !!

      Supprimer
    7. Les choses extraordinaires surviennent grâce aux personnes qui, de par le monde, ont des reves et qui se battent pour les réaliser. Abstenez-vous donc de juger ceux qui poursuivent leur quête,et ce d'autant plus que ces reves sont souvent justement le moyen de revenir à l'essentiel, de se reconnecter avec ce qui est important, de redéfinir la manière dont on souhaite impacter le monde.
      Mes parents sont immigrés, j'ai connu la fameuse frustation évoquée précédemment, mais je sais qu'ils n'ont pas fait tout ça pour que je me limite. Accepter une vie en surface parfaite mais qui ne me convient pas serait faire offense à leur courage. Dire cela ne signifie pas ne pas être reconnaissant de ce qui a pu m'être donné.
      Nous avons, dans les pays occidentaux, plus d'opportunités que d'autres. C'est aussi pour cette raison que nous nous devons de trouver notre chemin, parce que fondamentalement rien ne nous en empêche si ce n'est notre propre croyance que justement il y a pire ailleurs ou que nous n'en sommes pas capables.
      Les gens qui ont changé le monde étaient des rêveurs, pas des gens qui se sont dit "j'ai un travail, des amis, etc et je m'en contente". Je terminerais en citant Maya Angelou, qui n'est pas de "notre génération", qui a connu les frustations, la ségrégation, etc : "ma mission dans la vie n'est pas de survivre, mais de vivre, avec passion, compassion, humour et style".
      Et bravo Crafty pour ce grand saut dans le vide. Peu en sont capables !

      Supprimer
  65. Je te comprend. Je suis passée par là aussi, à la différence que moi, je suis partie avec mon chéri. On a bourlingué pendant un an en Australie et en Nouvelle-Zélande. Même si on pense que la partie "avant" où on envoie tout ballader est la plus dure, c'est le retour qui est le plus dur en fait. Ce sentiment de ne pas pouvoir raconter parce que les gens ne comprennent pas forcément et que ça ne les intéresse pas vraiment non plus... Et surtout ce sentiment d'être dans sa bulle et en perpétuel décalage...Et comme tu le dis si bien avec ton joli article, ce n'est pas facile de se reconstruire... Cela fait 2 ans que l'on est rentrés et on a toujours du mal à se projeter dans l'avenir et dans le long terme... Mais si c'était à refaire, je le referai sans hésiter... En tout cas tes photos me donnent bien envie de tenter l'Islande. Merci pour cet article et bon courage pour la suite :-)

    RépondreSupprimer
  66. Mci pour votre article cela me parle bp... mais pour moi financièrement cela m' est impossible car pas de job....et j'aime mon copain aussi , et ma famille même si on ne se voit pas si souvent. ...mais des que je j'aurai les conditions réunies j'en serait capable mais pas toute seule également pour ma part

    RépondreSupprimer
  67. Bravo ! Bravo pour avoir sauté le pas et pour ton honnêteté :)
    Ton expérience me parle beaucoup. Je n'ai pas tout plaqué comme toi pour la simple et bonne raison que la première fois que je suis partie, je n'avais pas de copain, ni de vie toute tracée, mais je tiens le même discours que toi. On a toujours le choix. Je rigole face à ceux qui se plaignent de leur vie en disant qu'ils sont coincés. Je fais un boulot qui me plait plus ou moins selon les périodes, mais il me donne beaucoup de liberté et en tant que freelance, je privilégie la qualité à la quantité. je ne serai jamais millionnaire, mais je ne ressens aucun stress !
    En attendant, ton article me fait me poser des questions quant au nouveau voyage que je viens d'entreprendre... Merci ;)

    RépondreSupprimer
  68. Merci pour cet article, je suis à deux doigts de faire la même chose, cela ne fait que me conforter dans mes choix ! C'était une belle décision courageuse de ta part.

    RépondreSupprimer
  69. Bonjour,
    Dans votre article, il y a une photo d'un paysage avec une étoile verte. Pouvez-vous me dire où elle a été prise? Puis-je l'utiliser?
    Merci et bravo!

    RépondreSupprimer
  70. Moi qui suit dans la phase "Je lance mon cœur ou je ne le lance pas", ton article me parle beaucoup, il est superbement écrit en plus, ce qui ne gâche rien !
    Je suis déjà partie, et malheureusement déjà revenue, et je sais que c'est le retour en fait le plus dur ...
    Bon allez, je le lance mon cœur ou je ne le lance pas ? :/ * peur peur*

    RépondreSupprimer
  71. Très bel article, et quel courage de tout plaquer ! On le dit souvent mais très peu le fond, j'admire le courage que tu as eu ! Et même si ce n'était pas si idyllique que dans les films, c'est la vraie vie c'est normal, ton voyage semble être passionnant.
    Bon courage pour la suite !!!

    RépondreSupprimer
  72. Ton billet est tellement vrai, tellement authentique et généreux, merci pour ce partage, ton expérience racontée... tu as eu beaucoup de courage et j'ai envie de te féliciter de cette décision parce que tu ne seras jamais plus celle d'avant mais celle que tu es devenu sera focément tellement riche... bravo !!!

    RépondreSupprimer
  73. Je tombe sur ton blog pour la première fois, c'est le 1er article que je lis, et comme il me parle...! Je crois en effet me reconnaître un peu... J'ai 23 ans, je termine mes études à la fin de l'année, j'ai un mec que j'adore (le mien n'est heureusement pas un connard, ce qui complique finalement l'histoire!) mais une histoire qui s'essouffle un peu, des supers amis... et pourtant! Je ne me sens pas encore prête à me lancer dans le monde du travail, j'ai l'impression que si j'y vais maintenant je vais commencer doucement à m'enterrer... Après un voyage d'un mois en Thailande entre copine, j'ai pris goût au voyage et ai très envie de parler anglais... J'aimerai partir, 1 an, mais dans un cadre de stage, ou petit boulot... Mais les premières recherches effectuées depuis le début de l'année m'ont déjà découragé... Rien, aucune annonce, aucun programme qui me permettrait de faire ça... Alors partir comme toi, à l'aventure? Je ne sais pas si j'en serai capable, ni même si j'en ai envie.

    Enfin, comme le dis une lectrice plus haut, je crois que ton article est en effet très représentatif de notre génération. Quel bordel!

    Merci pour ces confidences, j'espère que tes proches liront ça et comprendront peut-être mieux ce qui s'est passé.

    Aussi, ce passage où tu expliques ne plus savoir discuter à ton retour. Je ressens parfois la même chose. Je suis fatiguée de parler pour parler, à des gens qui n'écoutent pas vraiment. Alors je fais des réponses courtes, j'ai l'impression d'être de + en + sauvage!

    Allez, bonne journée à toi et merci
    Charline

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai lu ton commentaire et je te donne une piste, je ne sais pas si c'est ce que tu recherches mais avec un PVT (Programme-Vacances-Travail, WHV : Working Holiday Visa en anglais) tu pourrais partir un an dans un de ces pays : Argentine, Australie, Canada, Corée du Sud, Hong-Kong, Japon, Nouvelle-Zélande, Taiwan.
      Je te laisse le lien : http://pvtistes.net/
      Il existe aussi des programmes pour partir en stage, en jeune professionnel, tout dépend de ce que tu recherches.
      Bonne recherche !

      Supprimer
  74. J'ai lu entièremement ton article et je peux dire qu'il m'a fait du bien !
    J'ai tout d'abord eu une légère claque quand tu dis j'avais 23, j'étais en couple depuis des années... Parce que j'ai 23 ans je suis en couple depuis un peu plus de 5 ans et demi ET dans 6 mois j'ai fini l'université. Ma grande question en ce moment c'est que faire en septembre après mon stage pro de 6 mois ? Plusieurs choix s'offrent à moi mais j'ai principalement envie de partir soit pour bosser à l''étranger (principalement au Québec) soit pour partir seule pour découvrir une partie de ma To-Do List.
    Et le problème c'est comme tu le dis si bien, c'est quitté son mec, son lieu de vie, ses potes et sa famille.
    La décision m'appartient et j'ai encore quelques mois pour réfléchir mais c'est une vraie épreuve intensive de gymnastique du cerveau.

    Tu pourras suivre ma réflexion sur mon blog : Chezghis.blogspot.com

    Sinon j'attends la suite de ton récit de voyage avec impatience.

    RépondreSupprimer
  75. Tes photos sont justes magnifiques.
    J'ai aimé ton article, comme beaucoup je m'y retrouve, même si mon parcours est moins radical, la démarche est la même. Je me souviens d'une nuit en Afrique, où après une journée de galère en taxi-brousse pour faire 25 km en 12 heures, et au milieu de nulle part, un mec armé nous réclame du fric pour continuer la route. Je me revois sortir mon sac de couchage tranquillement et dire au mec eh ben tant pis, pas question de payer, plus de pognon, je dormirai sur la route jusqu'à demain matin, sous les yeux ébahis des autres passagers! J'étais crevée et marre de me faire racketter toutes les 5 minutes, donc pas d"héroïsme là-dedans, mais on est repartis (sans payer). A ce moment-là on s'est tous mis à rigoler dans le taxi, et à se taper dans les mains, et toute l'absurdité de la scène m'est apparue, on aurait pu aussi bien se faire descendre, et qu'est-ce que je foutais là au bout du monde avec des gens que je ne connaissais pas 15 jours avant (mais certains qui sont devenus des amis)? L'absurdité, mais aussi la beauté du moment, le sentiment d'être, et d'être pleinement, là, à l'instant présent!
    Je te souhaite de connaître ces moments, et de trouver ton chemin, malgré les difficultés
    bisous

    RépondreSupprimer
  76. Ton article est vraiment intéressant. Il résonne de manière assez particulière à mon vécu. Je suis aussi partie loin et longtemps (8 mois), mais pas du tout de manière aussi brutale.
    Mais au final, quelle que soit la manière dont on prépare notre départ, le résultat est le même: on apprend que si on veut quelque chose, il faut le saisir. Il faut travailler dur pour. C'est facile à dire, beaucoup moins à réellement se rendre compte de se que cela signifie.
    Ce que je trouve aussi très similaire entre nos deux voyages, c'est l'après. J'ai le sentiment que ton article m'a aidée à mieux comprendre mes propres sentiments face à mon voyage maintenant terminé depuis plus de 6 mois. Alors merci d'avoir mis des mots sur tes impressions et, du même coup, sur les miennes. ça fait toujours un bien fou de réaliser qu'on est pas seul au monde à ressentir certaines émotions :)

    RépondreSupprimer
  77. Salut ! t'as eu du courage pour ce que tu as réaliser mais si selon toi cela en valait la peine et ben cela en valait la peine !! moi je compte faire cela pour bientôt! ce n'était pas prévu ! mais les circonstances de ma
    vie actuelle (perte de ma maison dans un incendie et tout ce qui s'en suit) font que j'ai envie de vraiment partir loin et ne jamais revenir ! j'admire l'attitude que tu as eu ! j'ai toujours eu l'âme du voyage ! j'ai pas vraiment eu de point de visée mais j'ai de bonnes idées !
    Courage pour la suite !

    RépondreSupprimer
  78. wahou ! ben dis donc, je suis hyper méga contente que mon petit article t'ait inspirée à ce point pour ce très très très chouette témoignage ! quel pays magnifique !
    (je ne sais pas si j'aurais le courage d'en faire autant un jour, mais c'est très inspirant en tous cas, bravo et plein de bisous ♥)

    RépondreSupprimer
  79. BRAVO A TOI. on pense tous à la meme chose mais personne a eut le courage de le faire. Toi tu l'a fait, BRAVO, BRAVO, BRAVO

    Patbul

    RépondreSupprimer
  80. Cà a fait tilt dans ma tête quand j'ai lu mon adage favori : "dans la vie, on a toujours le choix" ! Et oui, c'est parfois difficile, comme tu peux en témoigner, mais faut savoir ce qu'on veut ! Moi, çà m'agace quand on me dit : "de toute façon, j'avais pas le choix ..." d'un air contrit. Merci pour ton témoignage, tu es une sacrée rock'n roll girl !

    RépondreSupprimer
  81. On a toujours le choix quand on ne pense qu'à soi et qu'on se fiche des dommages collatéraux !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Savoir que l'on a toujours le choix ne veux pas forcément dire faire les bons ni ignorer, justement, les dommages collatéraux. C'est ce que j'essaye de dire dans cet article: ne te donnes pas d'excuses, ne dis pas que tu n'as pas le choix, tu l'as toujours. Après, tu sais ce que tu as à perdre ou à gagner, et tu agis en ton âme et conscience. Si tu décides que ce que tu as à perdre est trop important, tu fais un choix. Si tu décides que ça en vaut la peine, tu fais un choix. La vraie question dans tout ça, au fond, ce n'est pas quelles options s'offrent à toi, mais est ce que tu es prêt à assumer les conséquences.

      Supprimer
    2. En théorie, on a le choix, dans la réalité pas toujours ! Va dire à un Somalien qu'il a le choix de manger, de partir....
      Pour prendre un exemple plus probant, oui, un immigré qui quitte l'Afrique a le choix, le choix de partir, de vouloir vivre une vie meilleure, de s'implanter ailleurs. Non parce qu'il veut quitter sa terre natale mais parce que lui n'a aucune alternative à sa misère. Sa misère est bien réelle, elle n'est pas factice !
      Il y a aussi des conséquences, pendant une traversée beaucoup ne parviendront pas à atteindre leur rêve (leurs espérances), c'est là où ça me gêne de voir des gens se plaindre de leur quotidien et encenser ceux qui partent alors que dans cette démarche il n'y a rien de glorieux, juste l'égoïsme de personnes qui ne pensent qu'à elles et à leur petit bien être car la routine les tue.
      Je trouve que c'est démesuré, vos commentaires parlent finalement de changement d'air, vous partez en voyage. Il faut arrêter de parler comme si c'était un voyage initiatique, on n'est pas dans "Candide" !
      C'est réellement votre problème, votre vie qui vous étouffe, le quotidien qui vous tue. Sans rire !
      On ne vit vraiment pas dans la même réalité, j'ai l'impression de lire les témoignages d'hypocondriaques ! Ça me désole de voir que les gens se créent des problèmes alors que d'autres, eux, ont de réels problèmes, pas des broutilles !

      Supprimer
    3. Genre, une dépression, c'est "factice", "se créer des problèmes", "une broutille" ?
      Parler avec des mots justes d'un malaise dans un monde où ne règne pas la misère, c'est être hypocondriaque ?

      C'est vous qui croyez que c'est par pur égoïsme que l'auteur de l'article soit partie. Il aurait mieux fallu lui poser la question au lieu de lui faire ce procès d'emblée.

      Supprimer
  82. Bonjour Crafty B. Ton texte est d'une telle puissance et m'a sincèrement beaucoup touchée. Alors pour te répondre, j'ai voulu écrire et aussi te répondre à ma façon sur mon blog. Si cela t'intéresse, la réponse est ici : http://parisienne2013.blogspot.fr/2014/02/plaquer-voyager-renaitre-et-autres.html
    Tu as foi en la vie : Merci pour cette magnifique leçon de vie !

    RépondreSupprimer
  83. Tu m'as inspiré, voici ma réponse :)
    http://www.linosqui.fr/partir-vivre-linconnu-teste-approuve-et-droguee/

    RépondreSupprimer
  84. Super article.
    Moi aussi j'ai testé. Tout quitter et partir avec une aller sans retour.
    C'était il y a 4 mois, Chéri et moi on est sur la côte Ouest des US et qu'est ce que ça fait du bien!
    On l'avait déjà fait avant. Y a longtemps. Individuellement.
    Moi ça me fait me sentir vivante de relever des challenges comme ceux là.
    Merci pour ce joli récit <3

    RépondreSupprimer
  85. Je vois que ton article a beaucoup plu ! Que de commentaires !

    Je suis vraiment contente de t'avoir lu. Je suis partie un an, vivre dans un van en Nouvelle-Zélande. Ça a été m'a plus belle aventure, ma meilleure décision. Ce n'était pas vraiment difficile, j'ai n'ai rien plaquée ( part le quotidien) et je suis partie avec mon mec sous le bras. C'était un rêve de toujours, pouvoir me prouver que j'étais capable de vivre ailleurs, seule ou presque. J'avais mis de côté cette envie pendant longtemps jusqu’à ne plus en pouvoir, j'étais vraiment prête à partir seule, mais finalement mon mec m'a suivie. Donc un départ plutôt facile.

    Quelques mauvais souvenirs "d'amis" qui te disent : "tu as trop de la chance, je rêve de faire la même chose, mais bon c'est compliqué, moi je ne peux pas..." Raaaah, mais non tu peux le faire, enlève les barrieres que tu t'es mis tout seul !

    Je me retrouve surtout dans ton article, avec le retour. Ce fut vraiment affreux pour moi. Mon mec a très vite retrouvé son boulot et sa vie comme avant. Moi j'en étais incapable. Pendant plusieurs mois j'ai lutté pour sortir la tête de l'eau, reprendre le cours d'une vie "normale", ce fut vraiment très dur.

    Trois ans après je peux enfin dire que je suis bien là où je suis, dans ma vie actuelle, mais je sais que je repartirai. Ayant trouvé la force de le faire et de vivre mon grand rêve, je suis beaucoup plus sereine maintenant, car je sais que j'en suis capable de nouveau.

    Je te souhaite d'être heureuse partout ou tu es.

    Merci encore pour ton blog et ce très bel article.

    Aude

    RépondreSupprimer
  86. Je suis soufflée ! Bravo pour avoir eu le cran de le faire, Bravo pour ces photos, Bravo pour ce bilan !

    RépondreSupprimer
  87. waouh !…poignant, riche !….et très belles photos. on te souhaite le meilleur encore et encore !

    RépondreSupprimer
  88. Bonjour,
    C'est ma soeur qui m'a envoyé le lien de ta page et de ton article, car je suis sur le point de partir également et bizarrement quand nous t'avons lu, nous m' avons toutes les deux vu. J'ai eu l'impression de me lire sans avoir encore vécu le départ, mais en ce qui concerne la préparation, les insomnies et les "je recolle les morceaux puis finalement non" c'est tout à fait ça!
    Je me permets donc de t'écrire tout d'abord comme tout le monde ici pour te dire bravo et tu écris très bien au passage! :)
    Mais ensuite, j'aimerais savoir s'il était possible d'échanger avec toi sur ton périple, ou à savoir si tu en as déjà parlé ailleurs ou fait d'autres articles, dis le moi, je vais m'empresser d'aller les lire...!
    Voilà donc j'espère que tu me répondras, en attendant je te laisse mon adresse : virginie.bgx@gmail.com
    Bonne continuation et merci pour avoir l'espace d'un instant, combler quelques doutes..
    Virginie

    RépondreSupprimer
  89. Bonsoir, je découvre ce blog et je tombe sur ce billet qui m'a littéralement bouleversée... ça fait réfléchir... on a besoin de temps en temps d'entendre de telles histoires. MERCI
    A bientôt

    RépondreSupprimer
  90. Quel magnifique récit, j'aspire tellement à vivre quelque chose comme ça moi aussi, meme si ça me pétrifie... Ca sera peut etre pour cette année, et évidemment ça n'aura rien à voir avec ton expérience, ce sera la surprise totale, mais c'est ça qui est bien. ^_^ Je partage ton article sur ma page Facebook, il mérite d'etre lu par le plus grand nombre.

    RépondreSupprimer
  91. Quel joli texte... Et quelle belle expérience... Touchée*

    RépondreSupprimer
  92. Comment te dire que tu écris formidablement bien ?!!!! et qu'en plein questionnement et tournent de ma vie, ton expérience réaliste ma donner envi de prendre mon courage et ma volonté pour réalisé mes rêves et trouver ma destiné quelque soit les conséquences ...
    Merci de nous avoir fait partager ton récit, une parti de ta vie avec autant d'humilité et de sincérité.
    Je te souhaite la sérénité dans chaque pas que tu feras vers un avenir merveilleux .
    Issam

    RépondreSupprimer
  93. « Il est parfois plus facile de croire que l'on a pas le choix. Sauf qu'on a toujours le choix. »

    C'est très juste ! Quand je discute avec des gens (collègues, potes ou proches), nombreux sont ceux qui se contentent d'une vie médiocre, qui n'ont pas conscience ni de leurs talents ni de l'énergie qu'ils auraient s'ils osaient simplement sortir un peu de leur zone de confort.

    Nombreux sont ceux qui se disent : « ce que j'ai déjà me suffit, je sais que je pourrais avoir plus mais j'ai trop peur de tenter l'aventure ».

    Sans pour autant tout plaquer comme tu l'as fait – c'est assez extrême, ceci dit j'ai deux amis qui l'ont fait aussi –, parfois il faut prendre cette grosse décision qui va certes chambouler ta vie, mais pour le meilleur, au final.

    En tant qu'individu, même si tu n'as pas le courage de la prendre, cette fichue décision, au final la vie finit toujours par te prendre de cours… Quitte à vivre un bouleversement, moi j'ai toujours préféré le provoquer moi-même.

    En tout cas, merci pour ce partage, tes photos et ton récit m'ont fait voyager !

    RépondreSupprimer
  94. Merci miss ! Excuse moi pour la familiarité mais j'ai l'impression d'avoir été avec toi pendant ce voyage...
    Plusieurs petites expériences de ce type me sont arrivées et à chaque fois ; de plus en plus même ; la "remise en route" est difficile, et plus ou moins longue.
    Te lire m'a redonné du courage et le smile alors que ma journée était plus que désespérante.
    Tu as gagné une adepte de ton blog !

    RépondreSupprimer
  95. Salut à toi, à vous, à ceux qui me liront,

    Tout d'abord, merci pour ce partage.
    A vrai dire, je suis en pleine période de ce doute extrême que l'on ressent lorsque l'on n'est plus coincé entre les mailles du filet, mais plutôt bien en dehors, face à l'immensité de l'océan.
    J'ai 21 ans, et depuis les 18ans et la sortie du lycée, je n'ai fais qu'enchainer les établissements scolaires dans le domaine de " l'art" ( non pas de grand A). Puis l'année précédente, j'ai tout plaqué pour être exploitée comme une chinoise, dans un cinéma, tenus par un directeur mégalo, vampirisant ses employés en leurs donnant les pires horaires et contraintes qui soient. Aucune importance, j'ai économisé et suis partie, en compagnie de l'homme de ma vie, durant six mois en Asie. Vietnam, Cambodge puis Thailande. J'ai eu l'impression d'en apprendre plus sur moi même, la vie, les relations humaines, les origines de ce monde, et l'Histoire réelle ( pas cette masse grouillante de mensonges mis en place contre notre grès) en six mois de temps, plutôt qu'en 15 années de pression scolaire imposée. Nous avons vécus la désinformation et la manipulation médiatique en live, des émeutes, et autres. Mais j'ai aussi enfin saisis, le pouvoir du silence, de la communication à travers les ressentis, la pensée, ce que l'on dégage, un sourire, un regard. Moi qui passait mon temps, incapable de maitriser ses emotions, à tenter de communiquer une croyance, un malêtre ou un concept touchant à l'aide de mille mots (ou maux) , accablant la personne prête à écouter.

    Aujourd'hui, je suis rentrée. Je vis chez mes parents, mes amis terminent tranquillement leurs études et s'apprêtent à faire un boulot pas trop déplaisant ; là ou, selon les codes établis, je n'ai rien. Je ne suis bonne à rien faire. Dans le nord de la france, le mot en bouche c'est " chomage " et la plainte est devenu le meilleur moyen pour entrer en interaction sociale.
    On compte repartir bien assez tot, pour cela il va falloir passer au dessus des heures mortes au sein d'un job minable, puis faire son sac.

    Le retour n'est pas simple, la famille nous prend pour les mêmes enfants, inconscients.
    Le monde avance et nous emplis de doute.

    Je ne sais même plus pourquoi j'écris tout cela, peut être parce que j'attendais le témoignage de quelqu'un qui a osé, également, suivre son intuition, laisser le reste de côté.

    Pourtant en voyage, on s'en rend bien compte. Nous ne sommes pas seuls, beaucoup disent stop, changent, prennent le risque... d'être heureux. Tant d'histoires différentes.

    La peur et la crainte sont nos pires ennemis.

    RépondreSupprimer
  96. Hello,
    Je viens de bloquer ton article en entier sans lassitude avec une pointe d'envie que ça ne s’arrête pas ! Je suis pas exactement dans ta situation parce que tu avais un copain et un job que t'adorais, ce qui n'est pas mon cas...
    Si j'en viens à tomber sur ton article, c'est que ça m'attire de tout envoyé péter ce système formaté ou on avance par simplicité plus que par choix ! J'admire ton courage car j'ai du mal à dompter mes peurs qui me rattrape constamment quand j'engage ces idées...merci en tout cas pour ton retour d'expérience et l'inspiration que ça en donne...
    PS : L’Islande m'attire aussi comme aimanté et ta réflexion sur le commencement et la fin du monde, des temps...qui habite cet endroit du globe me fait me questionner !? Enfin ces des gens comme toi que j'aimerai échanger, les discussions avec les potes, les collègues de taf sont rarement constructives...alors j'ai envie de te dire au plaisir parce qu'on s'est pas de quoi la vie est faite !

    RépondreSupprimer
  97. Une recherche "partir du jour au lendemain", un article, 128 commentaires.
    Ouhou.
    J'en suis encore sur le cul.
    Je pars demain. Promis.

    RépondreSupprimer
  98. Si je suis tombé sur ce site ce n'est pas par hasard, je cherchais justement à vivre cette expérience, mais je n'ai pas votre courage car il en faut et je vous dis Bravo.
    Ce blog est une pure merveille, merci de nous avoir fais partager ces moments

    RépondreSupprimer
  99. Très, très bel article!!

    RépondreSupprimer
  100. Bonjour,

    Je vais commencer par le début, ton texte m'a presque fait pleurer. Je suis au boulot (dans un domaine proche de celui dont je rêve) et je crois que c'est uniquement pour ça que j'ai pas fondu en larme.
    Cela fait des mois que je pose sans cesse les même questions, que plus rien n'a d'importance, que je ne me sens pas à ma place dans cette société (pourtant oh mon dieu que je donne le change) et que la seule vraie envie que j'ai est de partir le plus loin possible pour découvrir de nouvelles choses. Je quitterais mon boulot sans hésiter, je partirais sans me retourner mais je sais très bien à quel point cela serait difficile. Tu m'en as donné la preuve. Autour de moi, la vie se construit, des amis se marient, des enfants naissent, des maisons se batissent, des amitiés se font de plus en plus forte et moi ... ben moi je n'ai envie de rien de tout ça (en tout cas pour le moment, au retour qui sait?). Pourtant j'aimerais pouvoir partager cette passion avec quelqu'un de proche et qu'on se trouve, qu'on se rende compte à quel point on serait heureux d'être loin de tout, ne fusse qu'un temps. D'avoir quelqu'un avec qui partager tout ça... La solitude me fait peur aujourd'hui, pourtant je l'aime.

    Mais je vais m'arrêter ici. Le travail n'attend pas il parait.
    Ton article m'a littéralement boulversé.

    Je sais que c'est prématuré mais pourrait-on en discuter, je serais enchanté de t'écouter le temps que tu me consacreras.

    J'espere aussi que tu continues à lire tes commentaires..haha
    A bientôt peut-être

    Antoine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello,

      Oui je lis toujours mes commentaires ! Merci pour ton message, cela me touche et m'étonnes toujours de voir à quel point cet article qui à la base n'était qu'un parmis tous les autres à touché autant de monde... Bref, si tu veux discuter, tu peux m'envoyer un mail : hellocraftyb[at]gmail[dot]com
      A bientot !

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    3. undi 26 janvier, je tape naïvement " tout plaquer à 30 ans" sur google, et là je tombe sur ta page Crafty et je me dis comme beaucoup de monde que je me reconnais dans ton récit, soulagement finalement de constater qu'on est plein a finalement beaucoup à tout avoir pour être heureux mais que cela ne suffit pas forcément.

      J'ai 35 ans, cet anniversaire là m'a foutu une claque, va savoir pourquoi mais j'ai commencé à réfléchir à ma vie si superficielle, si inutile... j'ai toujours voulu être une working girl, une Amada Woodward de Melrose Place (oui sacrée référence :) ) alors j'ai bossé dur à l'école, j'ai fini par être diplômée d'une très grande école de commerce, obtenu un bon poste dans un grand groupe, je gagne plutôt bien ma vie, je voyage 2 à 3 fois par an dans des destinations exotiques pour me "ressourcer" , bref en apparence et comme toi Antoine je sais bien donné le change pour faire croire que ma vie est magnifique et que j'ai beaucoup de chance....

      Sauf que non, la vie n'est pas magnifique, j'ai juste la capacité à consommer et surconsommer et ma vie tourne autour de ca, je me suis perdue dans une vide qui colle à la société, mais dans laquelle je ne suis pas moi même.
      Depuis des semaines je réfléchis à comment tout plaquer, comment vivre une fois partie, à me demander si j'ai pas plutôt besoin d'une thérapie chez le psy du coin plutot que de tout plaquer...une chose est sure je trouve que ma vie n'a aucun sens et je ne le supporte plus.

      Alors Antoine es tu parti ?

      Supprimer
  101. Vraiment je perds les mots surtout que mon grand voyage et ma grande aventure commencera le 01/01/2014, pour mon aventure c'est aussi de tout laisser derrière moi mais pour un voyage en sac a dos "A pieds"

    Merci fooort de nous partager cela, ça m'encourage encore plus et ça me fera plaisir, honneur et bonheur de vous partager avec vous mon rêve :

    https://www.facebook.com/amine.ouzzane.voyage.de.reve

    RépondreSupprimer
  102. Vraiment je perds les mots surtout que mon grand voyage et ma grande aventure commencera le 01/01/2015, pour mon aventure c'est aussi de tout laisser derrière moi mais pour un voyage en sac a dos "A pieds"

    Merci fooort de nous partager cela, ça m'encourage encore plus et ça me fera plaisir, honneur et bonheur de vous partager avec vous mon rêve :

    https://www.facebook.com/amine.ouzzane.voyage.de.reve

    RépondreSupprimer
  103. Ce témoignage est très touchant bien que pour ma part, je suis à la place de votre mec de l'avant-départ ... et puis nous avons des enfants ... Pourtant il veut partir à l'autre bout du monde ... il cherche une solution pour nous emmener avec lui ... sauf qu'il s'agit de son désir et pas du mien. Auriez vous une idée de comment nous aider, un témoignage de départ malgré l'existence d'une famille avec enfants ? merci à vous ...

    RépondreSupprimer
  104. Je crois que tout est dit. J'ajouterai simplement 10000000mercis de plus pour ce retour d'experience. Tu as beaucoup de courage. Je te souhaite de garder cette grande force que tu as. Et surtout de realiser tes reves.

    RépondreSupprimer
  105. BRAVO A TOI. on pense tous à la meme chose mais personne a eut le courage de le faire. Toi tu l'a fait, BRAVO, BRAVO, BRAVO

    RépondreSupprimer
  106. J'ai tout plaqué il y a 2 mois, 25 ans, 9 ans de relation, 1 mariage... Aujourd'hui je n'ai toujours pas de chez moi, je vadrouille à gauche à droite mais autant vous dire que quand vous prenez ce genre de décision les amis, même la famille sont aux abonnés absents... je cherche un second boulot afin de louer un petit quelque chose. Comme vous le décrivez si bien j'oscille entre euphorie et profonde dépression mais au final non je ne regrette pas...

    RépondreSupprimer
  107. Ça ma touché. Trop cour dommage

    RépondreSupprimer
  108. Je comprends tellement ce que tu as ressenti et qui t'a poussé à partir. Je suis dans la même situation que tu as connu avant de partir actuellement. Ce qui me frappe le plus c'est que même avec un bon boulot, des amis, des relations tu as quand même cette voix intérieure qui te dit :
    "Pars, tout ça c'est du vent, ce n'est pas important".
    En fait je viens de prendre la décision de partir également.
    Et ton billet m'a un peu aidé à sauter le pas.
    Salutations camarade.

    RépondreSupprimer
  109. Superbe récit, tellement criant de vérité!
    Pour moi l'élément déclencheur à été mon anniversaire, mes 27 ans.
    Après plusieurs mois de questions existentielles au boulot, dans le metro ("qu'est ce que je fous la?") limite déprime, j'ai demandé un congé sans solde de 2 mois.
    Assez pour m'évader sans tout plaquer...
    Je pars début 2015 :)
    Miss-Lyne

    RépondreSupprimer
  110. Salut,

    C'est dommage que tu te sois arrêté en si bon chemin surtout pour une question de commodité.
    T'as été tiraillé par la peur à en lire ton récit. Partir pour oublier ou résoudre un problème n'a jamais été très bénéfique, car peu importe où tu iras tu emmèneras toujours tes problèmes avec toi dans ta valise.
    Si tu pars la prochaine fois dans l'objectif d'apprendre un maximum de chose, ton voyage te paraîtra le plus merveilleux, et ton retour en sera moins déprimant !
    Crois moi tout plaquer pour changer de vie, c'est avant tout une décision à la fois réfléchie et spontanée. Et tu ne perdras pas d'amis, au contraire, tu découvriras qui sont tes vrais amis, et ceux qui s'en foutent de toi ! C'est un bon révélateur amical.
    Aucun recruteur ne t'en voudra d'être parti à l'étranger ou d'avoir voulu réaliser un rêve, autrement c'est que c'est une boîte de con !
    Le voyage c'est comme un pèlerinage, on y part avec des questions on en revient avec des réponses
    Enjoy !
    Jordane

    RépondreSupprimer
  111. Woaw.. Il est super ton article ! Ça me fait peur mais en même temps je trouve ça génial ! :)
    Tes photos sont très belles et j'adore ton blog, je crois que je vais venir plus souvent ^-^

    RépondreSupprimer
  112. Whaouh.. et ben franchement ton récit est poignant, poignant de vérité, ca sent le vécu et ca en fout les frissons. Tu as fais preuve d'un sacré courage, très peu de gens passent de la théorie à la pratique. Beaucoup en rêvent mais très peu le font. Et ton récit détruit l'image idyllique de la chose. Très réaliste. Tout est dit.

    Ca fait rêver en théorie, mais dans la vraie vie, c'est pas comme dans les films.

    En tout cas, un grand respect, je te tire mon chapeau. Je crois bien que c'est la première fois que je lis un article de ce genre. J'aime bien le style d'écriture en plus, ce qui rend l'histoire encore plus intéressante pour moi.

    Franchement, tu devrais écrire un bouquin (si tu ne l'a pas déjà fait). Sûrement, que des livres existent sur le sujet, mais ton histoire et surtout ton style d'écriture est unique.


    Souvent, le contenu d'un livre est super intéressant mais au combien le style d'écriture est chiant au possible. Des phrases lourdes, à rallonge qui te masturbent le cerveau. Toi, c'est léger, comme j'aime. Je kiffe ! :)

    Bonne continuation à toi.

    RépondreSupprimer
  113. Je cherchais ce que j'allais t'écrire pour te faire comprendre comme ton texte fait du bien, mais Sébastien juste au dessus l'a très bien fait!

    Enfin du vrai, de l'honnête, de l'humilité et pas de baratin!

    Alors pas de baratin non plus : Merci ! Et surtout Bravo !

    Bonne continuation !

    RépondreSupprimer
  114. Ton article m'a fichu les larmes aux yeux, me gène. C'est con hein ! Mais voila, j'ai 2à ans, un mec depuis presque 6 ans et alors que j'aurai pu continuer de suivre ma licence, j'ai laissé tombé mes études et ma situation familiale est en train de s'éclaircir... Mais en ce moment, je remets tout en question, comme si j'avais justement envie de tout plaquer. Car oui, j'ai besoin de ca je crois, de me connaître moi, de me défier, d'oser. Je trouve ma vie toute tracée, beaucoup trop rangée et j'en suis incapable d'en discuter avec mon homme pour le moment... Et un jour viendra, j'ai bien peur de tout lâcher, comme ca, d'un coup. A la fois peur, oui, mais à la fois complètement excitée.

    RépondreSupprimer
  115. bonsoir,
    je n’écris jamais de commentaire, d'abord parce que je fais beaucoup de fautes mais aussi car je suis timide.
    'j'ai trouvé ton article super sympas et enrichissant, je pense qu'on reves tous et toutes de ca un jour ou l'autre quand ca va pas ou qu'on veut voir autre choses et essayer de réaliser nos reves. la vie est courte! je pense que tu as eu beaucoup de courage et si tu est allé au bout c'est que tu as de la force et de la volonté car quelqu'un qui aurais vraiment fait tt ca sur un cou de tete aurais tout fait pour réparer les choses mais toi tu est allé au bout de tes reves! rien n'est pas hasar quoi qu'il se passe ca t'auras servis dans ta vie! même si tu ne le vois pas aujourd'hui!comme tu la dis maintenant tu sais que rien n'est impossible! tu peu tout faire! franchement je suis heureuse que des gens arrivent a aller au bout de ce qu'ils desirent!! tu n'en retirera que du bon ! je trouve vraiment ca cool, j'espere un jour arriver a faire tt ce dont je reve! continu comme ca et bon courage pour la suite! et surtout soyez tous heureux!!

    RépondreSupprimer
  116. Hello,
    Je rejoins tout le monde en disant que ton style d'écriture est vraiment bon, on ressent toute les émotions de ton périple, on y est en plein dedans !! Peut être est-ce en définitive le but de ce voyage qui n'en avait pas au départ.
    Te découvrir écrivain et vivre de cela, de tes expériences. C'est exactement ce qui est arrivé à Laurent Gounelle qui a écrit sont premier livre "L'homme qui voulait être heureux" et qui a eu sensiblement la même démarche que toi. Il est aujourd'hui reconnu et s'est découvert une passion pour l'écriture et surtout il est libre et en paix....
    L'age n'a rien à voir dans tout cela, j'ai 43 ans, vraiment tout pour être heureux, et pourtant je sais depuis des années qu'il y a quelques chose qui ne va pas (je ne me sens pas de ce monde) sans vraiment savoir quoi. Même si j'ai lu pas mal de bouquin sur le sujet et rencontré des personnes plus évoluées spirituellement, je n'ai jamais eu le courage de franchir le pas. Oui nous avons toujours le choix, plus tôt on s'en rend compte mieux c'est, car ensuite nous sommes enfermé dans notre prison morale, sociétale dont il est malheureuesement très dur de sortir.
    Chapeau en tout cas, je suis persuadé qu'il ressortira de tout cela quelque chose de très positif dont tu n'aurais jamais imaginé l'issue.

    Phil

    RépondreSupprimer
  117. Très bon récit !
    Je trouve que tu as un caractère fort, ce qui t'a permis, je pense, de pouvoir réaliser ce périple. Personnellement, je suis dans la même situation que toi, à réfléchir constamment à mon avenir à partir de fin juin, et avec une forte intention de partir 1 an voir plus, pour découvrir le monde !!! Mais difficile avec les différents attachements que l'on a :s !!!

    RépondreSupprimer
  118. Bonjour,

    Comme certaines personnes, j'ai également tapé "tout quitter pour changer de vie" sur Google et j'ai de suite vu ton article. J'ai beaucoup aimé le fait que tu racontes la "réalité" des choses et non pas ce qui se passe dans les films.
    Je me pose moi aussi beaucoup de questions et d'içi la fin de ce mois j'ai la possibilité de soit tout plaquer et repartir de zéro ou serrer les dents bref comme tu le sais c'est compliqué. En tout cas merci pour ce post car il m'a fait réfléchir aux possibles conséquences de mon choix.
    bonne journée
    Marine

    RépondreSupprimer
  119. J'ai envie de tout plaquer aussi,découvrir d'autre cultures,apprécier un confort rudimentaire,se préoccuper de d'autre soucis que la vie métro boulot dodo..et tes parents en ont dit quoi de tout ça ?

    RépondreSupprimer
  120. Et bien, en parcourant google je tombe ici. Sachant que je suis un peu moins impulsif que toi je prépare un sacré périple aussi. Mais avec un peu de matériel, 4*4 + cellule habitable. Depuis une séparation douloureuse qui ma réveillé de ma léthargie. Il me reste quelques mois avant le départ. J'aurais tellement aimé partager ce départ avec quelqu'un mais personne de mon entourage n'est prêt pour cela. J'ai déjà mon 4*4 et ma cellule est en construction:
    http://tipi4x4.com/
    Pour ceux que ça intéresse. Pas simple de trouver quelqu'un pour cette sacré aventure. Sinon je partirais seul et comme toi peut être je redeviendrais moi même et pas ce robot pendant temps d'années!
    Gros bisous à toi et j’espère que ça ce renouvellera pour toi, c'est des expériences qui je pense font de nous des gens meilleurs!
    Olivier

    RépondreSupprimer
  121. J'ai pleuré du début jusqu'à la fin en lisant tout ceci, qu'est-ce que ça veut dire ?

    RépondreSupprimer
  122. Salut,
    c est agréable de lire ton article,j ai vécus l aventure de m installer à l etrangé alors je mis retrouve un peux dans ton histoire. Bonne continuation è toi ;-)

    RépondreSupprimer
  123. Ce témoignage souleve beaucoup de questions...
    Comme chaque personnes est différentes au niveau du caractère et de la force que l'on peut avoir de se battre dans la vie.
    Est-ce que les moments de doutes sont-ils gérables pour tout le monde? Dans cette situation(ou plutot "LA" situation...),avons-nous "tous" un instinct qui nous pousse à faire ce qu'il faut pour ne pas sombrer ou tout simplement faire marche arriere?
    Accepter "l'inconnu",prendre comme ça vient...
    J'ai ressenti comme une sorte de paradoxe en vous lisant.
    Comme si vous etiez satisfaite de l'avoir fait,mais que vous ne le referiez peut-etre pas de si tot.
    Ma grande question : ça vaut le coup pour n'importe qui dans le monde?

    Sinon,BRAVO! c'est une belle leçon de courage.

    RépondreSupprimer
  124. C'est fou comme en tombant par hasard sur ton article je m'y suis retrouvée. Je l'ai fait à 2 reprises. Tout plaquer. Je ne regrette pas et suis consciente que je suis celle que je suis grâce à mes choix. Je ne suis pas partie à l'autre bout du monde j'ai juste fait 600km à chaque fois. La première fois j'ai plaqué ma famille, mes amis, mon mec pour tenter autre chose, loin, quelque part où je ne connaissais absolument personne. Au début c'est excitant! Et puis il y a la phase où l'on pleure, où je me suis demandée pourquoi j'avais fait cette folie, que j'ai un peu regretté la vie que j'avais avant... Et puis je m'y suis épanouie.
    J'ai recommencé il y a quelques mois. Un projet à 2 cette fois. Et je ne regrette rien. Je sais ce à quoi j'ai tourné le dos mais c'est ma vie, et ces décisions ont été la réalisation de mes rêves. Je n'ai qu'une vie alors je les fais vivre. Quand on veut, on peut!!! On dit qu'il faut du courage, je réponds que non, il faut juste être en accord avec nos décisions et les assumer.

    RépondreSupprimer
  125. Merci pour ton témoignage et d'avoir partager, avec ces quelques lignes, une belle partie de ta vie.
    Un jour peut être je trouverais la force de faire comme toi.
    En tout cas, des les première lignes, je voyageais avec toi !!!!

    RépondreSupprimer
  126. Ce que tu as fait, tu avais le droit de le faire. Et tu as grandi. Bravo !

    RépondreSupprimer
  127. Au bureau, en train de rêvasser, je viens de googler "tout claquer pour partir voyager" et je suis tombée sur ton article. Tout simplement génial. Merci d'avoir partagé ton expérience, c'est très inspirant. Savoir que c'est possible, c'est déjà un premier pas vers la liberté, cela nourrit la réflexion et permet de faire mûrir ce projet/rêve qui paraît inaccessible/impossible et qui fait un peu peur, il faut bien l'avouer... En tout cas, cela redonne de l'espoir et ouvre toutes les portes du possible. MERCI BEAUCOUP :) :) :)

    RépondreSupprimer
  128. J'ai decouvert ton blog hier, et aujourd'hui je decouvre que cela pose probleme puisque j'ai passe au moins la moitie de ma journee a le lire... Bref, apres la lecture de ton article, je suis d'accord, on a toujours le choix. J'ai plus ou moins vecu la meme chose, sauf que je n'ai pas tout plaquee, j'ai enfin decidee de realiser un projet/reve d'enfant - 2 ans en Australie, donc tout le monde m'a soutenue. La ou je me retrouve avec ton article est le retour. Le retour a extremement ete difficile en tout point, boulot, amis, famille. Ils ont continue de vivre dans un monde parallele, et prendre le train en route est tres tres difficile. Meme le chat avait pris de nouvelles habitudes... Pourtant, j'avais ete prevenu du retour difficile, mais il m'a fallu au moins 2 ans pour me remettre d'aplomb. (Desolee pour les accents, mon clavier est anglo-saxon) Meilleurs voeux pour tes projets/ton blog!!

    RépondreSupprimer
  129. tu veux une médaille ? tu as pensé à ta famille et à tes amis quand tu les a quittés ? ma soeur est comme toi ,merci de lui avoir montré l'exemple ,ah ça fait r^ver hein les histoires comme dans les films( l'homme qui voulait vivre sa vie) ...sauf que parfois ça se termine mal ,je souhaite de tout coeur qu'elle revienne très vite , je l'aime et j'espère qu'il ne lui arrivera rien

    RépondreSupprimer
  130. J'ai beaucoup aimé votre récit et la sensibilité qu'il dégage.
    J'ai moi aussi peté un plomb à l'age de 30 ans, un boulot inintéressant et mal payé ou j'y laissais mon doset mon moral(mais il parait qu il ne faut pas se plaindre)),et je revivais 5 semaines par an quand je sortais de France
    J'avais la chance d’être célibataire,sans crédit, sans appart non plus(car retour chez les parents), donc j'ai posé un congés sabbatique de 11 mois et j'ai pris un billet pour l’Asie que j'avais toujours rêvé de visiter.
    Sur place ce fut un vrai choc culturel, j ai rencontré des tas de gens du monde entier, sympathisé avec beaucoup de locaux..certes je pouvais voir qu en France on était pas les plus malheureux mais pas non plus les plus heureux loin de là.
    J'ai appris qu'on pouvait vivre bien sans tout le superflu qu on a chez soi, tant est que l on s'adapte un tant soi peu au mode de vie local(certains y arrivent,beaucoup échouent)Bref j'ai appris a vivre avec 300 euros par mois(ce qui correspondait a un salaire de technicien dans ces pays)
    J'ai rencontré des Français, beaucoup étaient simplement inintéressant,d'autres fascinant , certains inconsciemment m'ont donné des pistes qui allaient avoir un impact déterminant sur ma vie présente.
    Ces 11 mois sont passés très vite, trop vite et en mai 2011 il a fallu rentrer et reprendre le travail.
    Le retour fut un peu difficile , en fait j'ai surtout réalisé que j avais gâché ces 11 mois , que j’étais passé a coté de plein de choses et cela m'a vraiment contrarié...Claude Lévi-Strauss disait dans triste Tropique que voyager c est d abord partir à la recherche d une partie de soi même...et visiblement je sentais que je n'avais pas trouvé cette partie de moi.
    J'ai aussi fait un grand tri dans mes affaires et vendu tout ce qui ne me servait plus ..je n'ai jamais été aussi économe que depuis ce séjour en Asie
    Dans le même temps, mon employeur faisait tout pour me virer sous couvert de la médecine du travail, donc j ai saisi l'opportunité ...je n'avais qu une idée repartir en Asie..;pour y faire quoi? je n en savais rien,mais j'avais besoin d être la bas.
    Certains français m'avaient soufflé l'avantage de bosser en saison, ou de ne prendre que des CDD, ou des WHV pour ensuite pouvoir voyager..ils m'ont aussi expliqué ce qu'était les délais de forclusion et de déchéance avec pole emploi...
    Donc après mon licenciement, je me suis juré de ne jamais rester dans des jobs qui me faisaient chier, que ma santé c'était mon capital travail et j'ai enchainé 10 mois de CDD dans diverses boites, quand j'ai eu assez d'argent je suis reparti...durant ces CDD, un de mes patrons m'a proposé de revenir la saison suivante.;j'ai dit ok..les CDD saisonniers ont duré sur 6 années..7-8 mois de travail et le reste à voyager..(à mes frais, je précise, au cas ou des trolls apparaitraient)..ensuite j ai du trouver d'autre. CDD, bref mon cycle de voyage continue encore,cela fait 15 années que cela dure...
    Durant ces voyages je revois des rencontres de voyage, beaucoup continuent le rythme CDD/Voyage,d'autres se sont fixés en Asie en montant leurs boites,en se mariant..certains sont mort aussi.
    Je n'ai jamais été aussi heureux que ces 15 dernières années..Voir le monde a radicalement changé ma façon de concevoir la vie,..Toutefois cette année j ai l'impression d’être arrivé au bout de quelque chose..je supporte de moins en moins ces aller-retour, il va me falloir faire un choix radical sous peu car je ne peut plus me contenter de cette situation intermédiaire..peut être inconsciemment j'ai trouvé ce que je cherchais?
    Bref en 2000 j'ai plaqué mon ancien mode de vie pour un autre .

    RépondreSupprimer
  131. je me permet de vous écrire pour vous propos un formidable marabout papa vaudou qui m a sauvé en me ramenant mon époux qui m a quitté depuis 3 ans. Il réalise les travaux comme : Voyance précise de détaillée pour le bien être de tous. Amour , mariage , examens , protection contre le danger ,problème de couple... Tout être humain mérite le bonheur, il faut savoir comment le trouver. Pas de problème sans solution Problème de famille Examens, Concours Desenvoutement Impuissance sexuelle Entreprise en difficulté Problème de Couple: infidélité ,amour... Protection contre les dangers Retour immédiat de l'être aimé, fidélité absolue entre époux, protection contre tous les dangers, dés envoûtement, maladies inconnues, problèmes familiaux, impuissance sexuelle, réussite aux examens, dans le travail et permis de conduire...
    Il peut vous aidez je vous assure tout il effectue des travaux payement apres satisfaction.
    contacter le sur le 00229 67 88 27 01 ou par email : puissantmarabout2014@outlook.fr ou par Skype: Hounon.amangnon

    RépondreSupprimer
  132. je me permet de vous écrire pour vous propos un formidable marabout papa vaudou qui m a sauvé en me ramenant mon époux qui m a quitté depuis 3 ans. Il réalise les travaux comme : Voyance précise de détaillée pour le bien être de tous. Amour , mariage , examens , protection contre le danger ,problème de couple... Tout être humain mérite le bonheur, il faut savoir comment le trouver. Pas de problème sans solution Problème de famille Examens, Concours Desenvoutement Impuissance sexuelle Entreprise en difficulté Problème de Couple: infidélité ,amour... Protection contre les dangers Retour immédiat de l'être aimé, fidélité absolue entre époux, protection contre tous les dangers, dés envoûtement, maladies inconnues, problèmes familiaux, impuissance sexuelle, réussite aux examens, dans le travail et permis de conduire...
    Il peut vous aidez je vous assure tout il effectue des travaux payement apres satisfaction.
    contacter le sur le 00229 67 88 27 01 ou par email : puissantmarabout2014@outlook.fr ou par Skype: Hounon.amangnon

    RépondreSupprimer
  133. Bravo d avoir oser j'y pense jour et nuit à tout quitter mais j'ai deux adorables enfants qui malgré ça me retiennent j'aurais tellement aimé avoir votre courage je nai ni amis ni famille mes journée sont boulot enfants dodo quel lacitude je n'en peut plus. Je rêve de prendre mes clik et mes clak mais je sais pas si j'aurais le courage de rentrer après cela...bravo à toi et merci pour ce beau récit j'ai pu rêver le temps de cette belle histoire je m'y voyais.. Merci

    RépondreSupprimer
  134. 23h20 un soir de perdition et je tombe sur votre article... Un super job aussi, des amis au top, un nouvel appart... Mais un moral qui n'est pas présent! Une grande envie de parcourir le monde aussi! Et de tout plaquer pour retrouver le sourire ... Finalement bcpde monde y pense mais nous n'osons pas!
    Merci pour votre article qui est un rayon de soleil pour moi ce soir!
    L'idée de partir est présente depuis plus d'un an... L'idée de fuir...
    J'ai pris la fuite déjà 15 jours pendant l'été pour faire 16h00 d'avion et une destination de solitaire! J'ai envie de rehiterer l'expérience mais en lâchant tout!
    Encore merci pour le partage de votre histoire qui m'a beaucoup fait sourire je m'imagine tout à fait à votre place.....
    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
  135. Merci de ce partage, je crois que je vais faire pareil. J'ai aussi comme une irrépressible envie de remettre les compteurs à 0, ce qui va consister aussi à rompre quelques engagements. Je vais essayer quand même de limiter la casse. Pour l'instant, je suis au stade l'intention. En ce qui me concerne, ce ne sera peut-être pas le billet d'avion, mais partir quelques mois sur le chemin de compostel. Cela dit, j'ai déjà essayé une foi... et au bout de 3 jours, la solitude me manquait déjà et je suis rentré retrouver ma petite femme. Ah je suis bien conditionné, dur de couper les amarres, Mais ma petite vie actuelle m'apparait comme une prison insupportable. Aurais-je le courage de remettre tout a plat ? C'est bien de savoir qu'au moins quelqu'un l'a fait, toi. Merci de ton récit.

    RépondreSupprimer

  136. Bonjour!
    Je vis au canada et Cela fait 8 mois maintenant que ça n'allait plus bien avec mon mari car je souffrais d'une maladie qui m'empêchait d'évoluer dans la vie et cette maladie nous faisais dépenser , 7 ans de mariage avec mon mari, du jour au lendemain comme par envoûtement mon mari demande le divorce. Sur internet je passais du temps à faire mes recherches pour me distraire donc il est arrivé un jour j'ai fait la connaissance d'un Voyant. Grâce a ce Voyant mes frères et soeurs, Mon mari est revenu du jour au lendemain exactement comme par enchantement, mon mari n'a rien compris depuis jusqu'à ce jour, il existe vraiment des choses dans la vie que nous ne pouvons jamais comprendre si on a pas essayé, j'ai repris mon travail et tout est rentré dans l'ordre. Il est un Spécialiste du retour rapide de l'être aimé. Si vous voulez vous faire aimer ou si votre ami vous a quitté ce Voyant peux le faire revenir dans 3 jours . Il va courir derrière vous . amour durable, problème d'enfant , chance au jeux, fidélité , maladie inconnue, même cas désespérés. Pas de fausses promesses , travail efficace et rapide.100% de réussite garanti. Ne restez pas dans l'angoisse, pas de problème sans solution. Il est réputé pour trouver une solution à tous vos problème qui vous empêchent de dormir, même les cas désespérés
    Je me permets de vous laisser son mail: voyantdagbe@gmail.com

    RépondreSupprimer
  137. Bravo, pour ce récit, ce courage, ce voyage et en particulier cette démarche.
    Je traverse une période de ma vie semblable à celle que tu vis pour dans un contexte différent. Le fond est le même, la forme en sera tout autre; pourtant ton récit me parle. C'est en tapant quelques mots clés dans mon moteur de recherche, que j'ai trouvé ton article...."refaire sa vie après un déménagement"...tu vois, rien ici de palpitant mais comme je comprends ta problématique, et ce truc en soi qui sursaute comme une boîte que l'on aurait fermé à clé mais dans les petites choses renfermées à l'intérieur chercheraient à sortir!

    Bref, merci pour cette folle histoire authentique et géniale. Je crois que mon prochain voyage sera l'Islande à défaut de l'Irlande...j'étais déjà sur le chemin.

    Bonne et longue route.

    RépondreSupprimer
  138. Bonsoir chèrs frères et soeurs
    Je m'apelle CELINE LOPEZ
    Je fais ses témoignages pour témoigner la compétence d'un vieux vraiment formidale.
    Je vous assure que j'ai eu à contacter plusieurs marabouts qui sont rien que des faux , des menteurs, des escros je ne sais plus quoi les qualifiés mais suite aux plusieurs recherches je suis tomber sur ce vieux qui m'a vraiment redonner le bonheur , le bonheur que je recherche depuis tant d'années il est vraiment formidable je souffrais d'une rupture avec mon mari il m'a quitté cela à fait 1 an 1 mois et mème au boulot j'ai perdu le travail mon père était gravement malade mais dans un interval de 3 jours je vous rassure que j'ai eu des miracles dans ma vie grace à ce vieux aujourd'hui je vis bien avec mon mari , mon père est guérit, on m'a rapellé au boulot et j'ai mème reffuser mais actuellement je suis dans un autre service qui est mieux que l'autre vraiment je ne sais pas comment remercié ce vieux il m'a travailler sans me prendre un euro j'ai d'abord eu la satisfaction avant de le récompenser vraiment il est très bon ce vieux . Alors vous qui souffrez de n'importe que problème , vous qui avez n'importe des soucis ne vous faites plus de souci contacté directement ce vieux voici son adresse mail retourbonheur@yahoo.fr ou vous pouvez l'apellez directement sur son numéro portable 00229 98 25 61 15

    RépondreSupprimer
  139. Bonsoir chèrs frères et soeurs
    Je m'apelle CELINE LOPEZ
    Je fais ses témoignages pour témoigner la compétence d'un vieux vraiment formidale.
    Je vous assure que j'ai eu à contacter plusieurs marabouts qui sont rien que des faux , des menteurs, des escros je ne sais plus quoi les qualifiés mais suite aux plusieurs recherches je suis tomber sur ce vieux qui m'a vraiment redonner le bonheur , le bonheur que je recherche depuis tant d'années il est vraiment formidable je souffrais d'une rupture avec mon mari il m'a quitté cela à fait 1 an 1 mois et mème au boulot j'ai perdu le travail mon père était gravement malade mais dans un interval de 3 jours je vous rassure que j'ai eu des miracles dans ma vie grace à ce vieux aujourd'hui je vis bien avec mon mari , mon père est guérit, on m'a rapellé au boulot et j'ai mème reffuser mais actuellement je suis dans un autre service qui est mieux que l'autre vraiment je ne sais pas comment remercié ce vieux il m'a travailler sans me prendre un euro j'ai d'abord eu la satisfaction avant de le récompenser vraiment il est très bon ce vieux . Alors vous qui souffrez de n'importe que problème , vous qui avez n'importe des soucis ne vous faites plus de souci contacté directement ce vieux voici son adresse mail retourbonheur@yahoo.fr ou vous pouvez l'apellez directement sur son numéro portable 00229 98 25 61 15

    RépondreSupprimer
  140. Slt j'avais jamais lu quelle que chose de si émouvant. Pour ma par j'ai la larme a oeil . Bravo pour ton parcours et merci de dire se que les autres cache souvent. Les parti difficile .
    Je te souhaite une longue et heureuse vie.
    Merci pour se récit qui vont me faire prendre conscience. ^_^

    RépondreSupprimer
  141. J'ai longtemps songé à tout plaquer et prendre un billet sans retour également, mais comme tu le dis si bien c'est toute notre "infrastructure personnelle, elle même conditionnée par la société dans laquelle nous vivons qui nous retiens et nous fait peur de prendre cette décision que toi tu as osé prendre.

    C'est vrai qu'on en est surement nombreux à rêver faire de même et qu'il est dommage qu'il n'y en ai si peu qui comme toi y parviennent.

    Alors, pour ton récit et aussi pour les vibrations que j'ai pu ressentir en te lisant...
    Juste un GRAND MERCI du fond du Coeur, car je sais aujourd'hui ce qu'il me reste à faire même si je ne sais pas encore ou je vais ni si je reviendrai.

    Merci .

    RépondreSupprimer
  142. Bonsoir chèrs frères et soeurs
    Je m'apelle CELINE LOPEZ
    Je fais ses témoignages pour témoigner la compétence d'un vieux vraiment formidale.
    Je vous assure que j'ai eu à contacter plusieurs marabouts qui sont rien que des faux , des menteurs, des escros je ne sais plus quoi les qualifiés mais suite aux plusieurs recherches je suis tomber sur ce vieux qui m'a vraiment redonner le bonheur , le bonheur que je recherche depuis tant d'années il est vraiment formidable je souffrais d'une rupture avec mon mari il m'a quitté cela à fait 1 an 1 mois et mème au boulot j'ai perdu le travail mon père était gravement malade mais dans un interval de 3 jours je vous rassure que j'ai eu des miracles dans ma vie grace à ce vieux aujourd'hui je vis bien avec mon mari , mon père est guérit, on m'a rapellé au boulot et j'ai mème reffuser mais actuellement je suis dans un autre service qui est mieux que l'autre vraiment je ne sais pas comment remercié ce vieux il m'a travailler sans me prendre un euro j'ai d'abord eu la satisfaction avant de le récompenser vraiment il est très bon ce vieux . Alors vous qui souffrez de n'importe que problème , vous qui avez n'importe des soucis ne vous faites plus de souci contacté directement ce vieux voici son adresse mail retourbonheur@yahoo.fr ou vous pouvez l'apellez directement sur son numéro portable 00229 98 25 61 15

    RépondreSupprimer
  143. Ton article est bouleversant.. Je me retrouve étonnament bien dans toutes ces lignes, ta manière d'écrire est fluide et sans complexe. J'avais donc également envie de te partager un petit bout de mon passage à l'acte.

    Tout comme toi je me suis retrouvé dans cette situation avec cette même envie de vouloir tout plaquer mais surtout de vouloir rompre avec ce que j'appelle "mon ancienne vie". Actuellement je suis encore à l'étranger, je peux donc pas parler de comment sera mon retour et personnellement j'en sais foutrement rien. Je pense que le désir de partir se fait sans nul doute pour une raison précise, le besoin de se sentir libre dans ses pensées, dans ses actions et dans sa vie tout simplement. Aujourd'hui c'est difficile de pouvoir prendre et/ou d'avoir tout simplement la chance de prendre une telle décision car on est vite freinés de différents côtés (financier, familial, amical, sentimentale, etc..).
    C'est dur en effet de quitter ses amis qui continue leur vie sans toi, de quitter ta famille, quitter ton boulot, de mettre en clair ta vie entre parenthèses pendant quelques mois ou quelques années mais en soi quand on y réfléchit bien c'est ça qui donne sens à ta vie, c'est ça qui te fait tout simplement prendre conscience que tu vis et qui te fait aimer chaque moment présent.
    En partant, je suis passé par tellement d'émotions que je pensais être en dépression. Comme tu dis il y a ce paradoxe étrange d'être à la fois excité et angoissé par cette nouveauté, malgré tout s'étais comme un besoin vital et urgent. Chez soi on a tendance à se projeter très facilement parce qu'on sait à peu près comment les choses vont évoluées mais quand tu pars ce n'est pas le cas, c'est que de l'imprévisible.
    Je ne sais pas si cela à été ton cas mais j'ai toujours eu cette sensation qu'une partie de moi se trouvait ailleurs et qu'en restant dans mon confort de vie avec mes habitudes et tout ce qui va avec, je n'aurais jamais été moi même (la sensation de toujours devoir porter ce fichu masque sur la face).

    Alors j'ai réalisé plusieurs choses depuis que je suis partie, la première étant qu'on ne peut blâmer personne pour nos problèmes car bien souvent ceux la existent par nos erreurs de jugement et/ou d'actions, on ne doit également rien attendre de personne mais surtout vivre pour soi et non en fonction des autres.
    Ce qui est assez remarquable quand tu es loin de tout, c'est ce que la vie t'offre au quotidien dont tu étais incapable d'apercevoir auparavant, je les appellent en ce qui me concerne "les clins d'oeil" de la vie car ils arrivent toujours par surprise au moment où tu en as le plus besoin et c'est grâce à eux que tu comprends que la vie est faite d'innombrables opportunités.
    Pour ma part je pense avoir enfin compris ce à quoi j'aspirais réellement être, je me suis enfin trouvé et je souhaite à n'importe qui de vivre ce genre d'expérience. La vie est bien trop courte pour la passer à ne rien tenter, le plus important étant d'être en harmonie avec soi-même tout en respectant les autres.

    RépondreSupprimer
  144. MERCI pour ce récit captivant! (à l'écriture très agréable!) C'est très réjouissant de rencontrer (même sur la toile au hasard d'une recherche bricolage) une personne courageuse qui a l'honnêteté de changer de direction quand sa vie "toute tracée" lui échappe, ou ne lui correspond plus. La remise en question, l'audace et la sincérité sont des qualités peu répandues.

    RépondreSupprimer
  145. BE SMART ET DEVENIR RICHE EN MOINS DE 48 heures .... Tout dépend à quelle vitesse vous pouvez être pour obtenir la nouvelle PROGRAMMÉE carte ATM vierge qui est capable de pirater une machine ATM, partout dans le monde. Je suis arrivé à savoir sur cette carte ATM BLANK quand je cherchais l'emploi en ligne environ un mois ago..It a vraiment changé ma vie pour le bien et maintenant je peux dire que je suis riche et je ne pourrai jamais être pauvre à nouveau. Le moins d'argent que je reçois dans une journée avec elle est d'environ $ 5,000.Every maintenant et puis je garder le pompage de l'argent dans mon compte. Bien est illégal, il n'y a pas de risque d'être pris, parce qu'il a été programmé de manière à ce qu'il ne soit pas traçable, il a aussi une technique qui rend impossible pour les caméras de surveillance pour détecter les you..For détails sur la façon d'obtenir le vôtre aujourd'hui, e-mail les pirates sur: (donardmorrisworld27@gmail.com). Dites votre bien-aimé une fois de trop, et commencer à vivre ensemble. Voilà le témoignage simple de la façon dont ma vie a changé pour de bon ... Je vous aime tous ... l'adresse e-mail est à nouveau donardmorrisworld27@gmail.com

    RépondreSupprimer
  146. Tu as réussi à mettre des mots sur ce que je ressens depuis quelques années. J'admire le courage que tu as eu, ça ne devait vraiment pas être facile de tout laisser comme ça. Merci pour cette belle lecture.

    RépondreSupprimer
  147. je te comprends tellement mais il faut avoir beaucoup de courage pour faire ce que tu as fait et très peu des responsabilités, avec des enfants c'est bien trop compliqué, c'est même impossible

    RépondreSupprimer
  148. Je suis ici pour partager mon expérience avec le monde sur la façon dont je l'ai eu mon amour de retour
    et sauvé mon mariage ... Je me suis marié depuis 6 ans avec 2 bons enfants belle
    et nous avons vécu heureux jusqu'à ce que les choses ont commencé à devenir laid et nous avons eu des combats
    et les arguments presque à chaque fois ... il a empiré à un point qu'il a déposé
    divorce ... Je faisais de mon mieux pour lui faire changer d'avis et rester avec moi parce que je
    aimé de tout mon cœur et ne voulait pas le perdre mais tout
    tout n'a pas fonctionné ... il a déménagé hors de la maison et alla encore à venir à
    demander le divorce ... Je l'ai supplié et tout essayé mais rien ne fonctionnait.
    La percée est venue quand quelqu'un m'a présenté à cette merveilleuse, grande
    lanceur de sorts DR.ODUDUWA qui a finalement m'a aidé, je ne l'ai jamais été un
    fan de choses comme ça, mais juste décidé d'essayer à contrecoeur parce que j'étais
    désespérée et à gauche avec pas le choix ... Il a fait un travail spécial et a jeté un amour
    épeler sur lui. Dans les 7 jours, il m'a appelé et était désolé pour tous les
    traumatisme émotionnel qu'il m'a coûté, est retourné à la maison et nous continuons à
    vivre heureux, les enfants sont heureux aussi, et nous attendons notre troisième enfant ... Je
    lui ont présenté à beaucoup de couples avec des problèmes à travers le monde et
    ils ont eu de bonnes nouvelles ... Juste pensé que je devais partager mon expérience parce que je
    croire fermement quelqu'un là-bas en a besoin ...
    DR.ODUDUWA ont également remède à la maladie suivante ....
    1. VIH / SIDA,
    2. Virus de l'herpès,
    3. cancers,
    4. lukemian,
    5. la variole,
    6. tumeur, e.t.c
     Envoyer lui maintenant pour votre propre aide droduduwaspellhome@gmail.com ou composez son numéro de téléphone +2347051839672......

    RépondreSupprimer
  149. Si vous avez besoin d'un prêt légitime, un véritable prêt à payer vos factures ou dettes, contactez-moi maintenant par courriel que johnlutherloanfirm1@outlook.com
    je suis un prêteur de prêt enregistré et certifié et je peux vous offrir un montant de prêt que vous avez besoin.
    Contactez-moi aujourd'hui si vous avez besoin d'un prêt, mon email est johnlutherloanfirm1@outlook.com
    Cordialement

    RépondreSupprimer
  150. Salut j'ai lu ton recit sa me semble un peu du fake tout ca tout est raconté sans réellement de precision tout est idyllique dans ton recit tu explique rien comment tu a tout plaqué ? comment est tu parti ? les difficultés ? combien tu avait d'argent pour partir ? barriere de la langue bref tout est colchique dans les pré excuse moi c'est beau mais c'est vague on dirait un bouquin le truc

    RépondreSupprimer
  151. entreprises UniCredite Finance
    777 # Rome Gare routière, italie
    Tel: +393512646127
    Bonne journée tout le monde à lire notre article en ligne J'accuse réception de la
    email. Merci de répondre à mon annonce. Tout d'abord permettez-moi de me présenter
    vous suis Mr.Mr.Kenneth Edward UniCredite Finance Company En ce qui concerne le courrier électronique,
    nous sommes prêts à offrir des prêts aux membres du public à 2% par an
    sans aucune vérification et la liste noire de crédit. Nous émettons crédit, qui est à 5,000.00 £ pour
    10.000.000 £. du Royaume-Uni. nous fournissons un prêt libre, parce que je
    craignait Dieu, et le prêteur ne peut pas prendre le risque que personne intrested devrait
    contanct nous sur notre privety email: (edwardkennethcredit@gmail.com)
    Merci de votre compréhension
    Cordialement De Mr.Kenneth E

    RépondreSupprimer
  152. Bravo d'avoir eu les couilles de vivre ta vie. Je respecte. Bravo d'avoir su lâcher prise et t'écouter. Ton récit est magnifique. Merci pour ce partage d'expérience.

    RépondreSupprimer