A la recherche du temps perdu. Ou pas.

Non, je ne suis pas en vacances, non, je ne suis pas au bord de la plage en train de boire des tequilas (à mon grand regret) ... Je suis juste super pas organisée, et j'ai un million de choses à faire, de gens à voir, de cafés à boire en terrasse et de montagnes à explorer... 

Bref, le temps passe trop vite, y'a pas assez de jours dans la semaine pour faire tout ce que j'ai envie de faire, je devient méga stressée et donc je fais encore moins de trucs donc je suis encore plus stressée donc je ne fait plus rien du tout parce que la panique prend le dessus... BREF, vous avez saisi l'idée.

Donc, pour remédier à tout ça, j'ai décidé de lâcher du lest, et de faire un truc en théorie hypra-simple mais en pratique beaucoup moins : organiser mon temps selon mes priorités. Pour moi, ça donne :

1. Boulot 
Je suis indépendante, ce qui a la gros avantage de me permettre de m'organiser presque comme je veux. Ça a également le désavantage de me permettre de m'organiser comme je veux. Je surkiffe ce que je fais, mais des fois, j'ai pas envie. Mais si je veux manger autre chose que des pâtes, je n'ai pas le choix, je dois bosser. Donc, c'est ma priorité n°1. 

2. Les gens que j'aime
Parce que le n°1 peux très vite prendre le pas là-dessus. Que j'aime mes amis et ma famille, que j'ai envie de passer du temps avec eux, de savoir ce qui leur arrive, bref, de faire partie de leur vie et eux de la mienne.  Donc, même si j'ai du boulot en retard, même si j'ai plein d'idées qui ne demandent qu'à être testées, je ménage du temps pour aller les voir, passer une après-midi à raconter n'importe quoi, partir en week-end. Et parce que ça me force aussi à décrocher du boulot, que ça me donne un regard extérieur sur ce que je fait, et que c'est sympa, tout simplement.


3. Le sport
Parce que sinon, je pète un boulon, que ça me permet d'évacuer tout le stress et les tensions du n°1 et parfois du n°2, que ça me fait voir la lumière du jour, respirer de l'air frais, et qu'une bonne dose d'endorphines ça fait du bien.


Et c'est tout. Le reste, c'est quand j'ai le temps. Donc, pas souvent. Donc même si j'ai toujours des idées et des projets pour le blog, j'ai ralenti la cadence de publication parce que clairement, je ne peux pas tout faire. C'est (j'espère) assez provisoire, le temps que ça se calme, le temps que l'été passe et que j'ai moins envie de sortir et d'aller trier des cailloux au bord d'un lac, le temps que j'apprennes à mieux m'organiser et à mieux gérer mon temps...

Voilà en gros pour ma laïfe en ce moment.


A part ça, quelques découvertes plutôt chouettes !


Un blog mode et australien. Mais pas que. Déjà, le style de cette nana est déjanté et kitsh à mort et j'adore ça ; il y a pleeeein de DIY et de tutos couture super chouettes et originaux sur son blog, un annuaire de mode éthique MAIS chouette ET accessible (comprenez : autre chose que des sarouels marrons en chanve biologique, et bien plus accessibles pour mon porte monnaie que les super robes de créateur qui coûtent à peu près ce que je gagne par mois) 
EEEEEt surtout, Annika, la nana qui tient le blog, est fan de science, fait des études de sciences, et je trouve ça génial, parce qu'elle pète complètement le cliché de la blogueuse mode futile et le cliché de la scientifique aux cheveux hirsutes et à moitié autiste. Et moi, j'aime bien les gens qui cassent les clichés.

Et mon amour sans bornes pour Wes Andersen est à priori partagé.


J'ai découvert ce blog en cherchant des idées de shorts marrants, et je suis tombée sur le blog de sa meilleure coupine, Katie de Buddle & Squeak. C'est juste LE blog dont je suis tombée grave amoureuse, parce que non seulement j'aime sa manière de s'habiller, mais surtout, la meuf, elle envoie grave. Son article sur, justement, "je porte un short super court et fuck mes complexes" est sans doute le meilleur article que j'ai lu depuis un bon moment. Parce que son discours, c'est pas juste " j'ai des complexes, mais tant pis, je les assume". Elle va plus loin, et elle se demande pourquoi elle a ces putains de complexes tout nazes, et elle explique plein de chose sur le genre, sur la société, sur les femmes, leur rapport à leur corps et le rapport de la société au corps des femmes... Et c'est hyper intéressant, ça m'a permis de comprendre pas mal de choses (ce qui tombait bien étant donné que j'étais en train de me confectionner un short à paillettes que je pensais ne jamais assumer et qu'après la lecture de cet article, t'inquiète que je vais l'assumer grave) 



Tous ses articles ou presque sont étayés d'explications sur les théories du genre, parce qu'elle est féministe aussi et fait des études sur le genre, et BIM, on casse encore un cliché de la blogueuse mode. Donc, forcément, j'adhère. Et elle m'a réconcilié avec les salopettes. Si ça, c'est pas un miracle ...


Je suis tombée aux détours de mes errances sur internet sur ce documentaire, intitulé  "Speed: à la recherche du temps perdu" .



Ça n'a pas changé ma vie, mais c'est intéressant et ça m'a dissuadé de m’endetter pour m'acheter un iphone (parce que dans ma tête, avec tant de technologie sous le pouce, forcément j'allais mieux m'organiser, forcément j'allais gagner du temps et forcément ma vie allait être remplie de licornes sous LSD) mais plutôt de laisser tomber mon smartphone qui marche quand il en a envie et de récupérer mon vieux téléphone, qui fait téléphone. Et voilà. Et c'est bien comme ça. 
Ça m'a aussi permis de comprendre pourquoi j'avais sans cesse l'impression de courir après le temps et de ne jamais en avoir assez. Je n'ai toujours pas le temps de faire tout ce que j'aurais envie de faire, mais ça ne me stresse plus. Je ne peux pas tout faire. Et c'est pas grave. Je ne peux pas tout faire, mieux vaut que je l'accepte plutôt que paniquer. 

Ce n'est sans doute pas une découverte pour la plupart d'entre vous, mais perso, je n'avais jamais mangé de champignons shiitaké. C'est délicieux, ça coute pas grand-chose (à l'épicerie asiatique à côté de chez moi, le groooos sachet de champignons séchés coûte 2,50€, et comme ils gonflent pas mal et ont beaucoup de goût, ça dure. Même si j'en met absolument partout en ce moment)


Et enfin, je me suis fait cette barette "oeil injecté de sang" qui ne me quitte plus (depuis hier) Je voulais vous en faire un tuto cet après midi, mais mon appareil photo est à court de batterie et j'ai oublié mon chargeur, ça attendra donc demain (ce qui veux dire que promis juré craché, vous aurez le tuto dans la semaine !) 



Et c'est tout, et c'est déjà pas mal ! Je vous dit donc à bientôt, passez de bonne vacances si vous en avez. Moi, je profite du temps que je perds ...






Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Valentina : Logiciel de patronage Open-source (Youpi!)

Bonjour !

Vous vous souvenez, dans mon tout premier blogdesign pour les nulles (et les fauchées) je vous parlais de mon amour pour les logiciels open-sources. Je trouve que c'est juste génial, un logiciel que tout le monde (enfin, tout le monde avec de solides compétences en programmation) peut modifier, améliorer, perfectionner. 

Cela permet, déjà, à plein de gens d'accéder à des logiciels performants sans avoir à débourser des centaines, voir des milliers d'euros, pour l'achat d'une licence. Donc, ça permet plus de créativité et de partage. En plus de ça, avec internet, le téléchargement, et donc l'accès extrêmement facile à tout un tas de programmes, musiques, films... Je pense qu'il serait grand, grand temps de re-réfléchir à l'accès à ces chose là, à leur coût, à leur utilisation. 

Je pense particulièrement au logiciels de patronage : je peux comprendre qu'une grosse entreprise de fabrication de vêtements doive débourser 16 000€ pour l'achat d'une licence. En revanche, quand on est artisan, que 16 000€ ne représente même pas le chiffre d'affaire d'une année entière, je ne voit pas comment on peut dépenser cette somme. Pour un outil qui permettrait tellement plus de liberté.

C'est là que je trouve les logiciels libres / open-source etc pertinents. Donc, quand je suis tombée sur un article parlant de Valentina, un logiciel de patronnage gratuit et open-source ... J'ai tout de suite été très emballée par l'idée, et je me suis dit qu'il fallait que je teste ça.

Tuto : réaliser de jolies typos à la main



Bonjour bonjour !

Il était grand temps que je m'active à vous préparer un petit tutoriel, vu mon "rythme" de publication de ces derniers temps (rythme voulant dire ici absence totale et vide désolant de nouveautés sur le blog, pardonnez-moi, j'étais fort occupée)

Donc pour me remettre dans le bain je vous propose aujourd'hui un petit tutoriel sur comment faire une belle typographie à la main, pour faire par exemple des cartes de voeux, une étiquette cadeau personnalisée et tout ce que vous voulez imaginer d'autre.

Ce n'est franchement pas bien compliqué, vous avez tout ce qu'il vous faut dans les tiroirs de votre bureau, et ça permet de commencer à comprendre comment fonctionne la typographie. Je surkiffe les typos, je peux passer deux heures sur tous les sites de polices rien qu'à en regarder, en essayer...
Et j'adore faire mes propres typos à la main. J'avais il y a un certain temps posté quelques photos sur instagram de petites choses écrites à la main comme ça, et comme ça avait l'air de vous avoir plu, je me suis dit qu'un tuto serait une bonne idée...

Couture : Une trousse brodée

Comme je vous ai déjà dit, j'ai des grosses périodes ou je suis complètement obsédée par un truc. La dernière fois, c'était les motifs. Ensuite, ça a été les plumes, le tissage, les crânes d'animaux, les fleurs, les crânes d'animaux ET les fleurs en même temps, les flèches, les cornes et les bois d'animaux, le bois et surtout le bois mort (bref. Pas mal de truc supeeeeeers sympas et joyeux quoi) 

D'où cette petite trousse qui rassemble une partie des trucs qui m'obsèdent en ce moment et qui n'était pas du tout vouée à ressembler à ce à quoi elle ressemble finalement.

Au départ j'étais partie pour la faire beaucoup plus grande, genre trousse de toilette, avec la partie supérieure qui se rabat.
Je voulais mixer du jean, le tissu tout brodé qui vient de je ne sais plus quel pays d'amérique du sud (pour ma défense, c'est un bout de jupe que j'ai récupéré ça prendrait trop de temps de vous expliquer comment, je l'ai pas rammené de là-bas donc ça va j'ai le droit d'avoir oublié) ET de la broderie sur le jean.

Sauf que voilà, j'ai mis beaucoup plus de temps que prévu à faire la broderie parce que déjà, j'ai galéré à trouver un système de recopiage du motif. Puis quand je me suis enfin lancée dans la broderie,  rien ne me convenait et que j'ai reccommencé 4 ou 5 fois. Du coup, quand je me suis enfin attaqué à la couture de la pochette j'en avais déjà marre. Et puis j'ai réalisé que le tissu plein de motifs + du jean + des bois de cerf + une flèche brodés... C'était ptêt un peu too much. 

Je me suis donc arrêté au jean tout seul (mais j'ai quand même rajouté un pti pompon fluo pour la couleur)

Je suis pas vraiment ultra contente du résultat... La broderie ne me plaît pas parce je trouve le point moche comme tout, et puis je l'ai faite trop basse parce que j'avais mal calculé l'emplacement, et puis le pompon, mouais, j'suis pas convaincue non plus.

C'est pas que je ne l'aime pas, elle est pratique et j'avais besoin d'une trousse, j'aime bien le motif, MAIS... Je sais pas. Je suis pas emballée. Je crois que comme à chaque fois que je n'aime pas un truc que j'ai fait, c'est que j'y ai trop réfléchi à l'avance, et que du coup, pour moi,  ça manque de spontanéité. Et donc, j'aime pas trop.


Carnet de voyage

Aujourd'hui un post un peu particulier, juste en images, pour faite suite à mon article qui vous a tellement plû, et dans lequel je vous parlais de mon voyage "fuck tout le monde moi je m'arrache". J'avais donc fait un carnet de voyage et chose promise chose dûe, voici quelques photos de mon carnet. J'aurais préféré le scanner, le rendu aurait été bien meilleur, mais... Je n'ai pas de scanner. (Enfin si j'en ai un mais il marche pas)

Do it with tools

Je vous en ai déjà parlé dans cet article là et je vais le redire encore aujourd'hui...
Pour moi, le "DIY" , c'est pas juste un loisir. C'est une manière de vivre, comment fabriquer soi-même des choses dont on a besoin au lieu de les acheter, comment réutiliser des objets inutiles, cassés, comment être plus autonome, plus responsable.
Quand j'ai des idées, des envies créatives, je m'efforce de trouver un moyen de n'utiliser que des choses que j'ai déjà, et de n'acheter que le strict nécéssaire, ce dont je ne peux vraiment pas me passer... ET qui me servirait pour autre chose, c'est à dire des choses "basiques" comme de la colle, des vis, du fil...


J'en suis venue, ces derniers temps, à agrandir mon champ d'action au niveau bricolage. J'ai retapé un lecteur de disques vinyles pour le transformer en lecteur mp3, et du coup apprendre un peu d'électricité et d'électronique, un peu de menuiserie aussi parce qu'il a fallu faire quelques aménagements dans le boîter... Bref, vous allez voir tout ça bientôt ! 
J'ai également succombé à la mode du tissage et après avoir bricolé des choses en carton, je me suis fabriquée un métier à tisser avec des bouts de bois qui traînaient. Et puis mon nouveau projet, qui va demander un peu plus de boulot et de matériel de base, c'est une presse à sérigraphie. Une vraie de vraie, pas juste un cadre, mais une grande pour pouvoir imprimer plusieurs couleurs, avec des lampes et tout ça et tout ça.

DIY : Crayon-pompon, ou quoi faire avec des chutes de tissu !

 Bonjour !

Vous vous souvenez, il y a quelques jours quand je vous ai demandé sur hellocoton et facebook  ce que vous aviez chez vous que vous n'utilisiez pas, mais que vous n'aviez pas envie de jeter ?
Et bien j'ai lu trèèèès attentivement toutes vos propositions et vous m'avez donné plein de chouettes idées de récup, dont ce DIY tout bête, tout simple, très facile à réaliser et bien pratique pour utiliser des chutes de tissu (le problème étant que jamais j'aurais assez de crayons pour utiliser toutes mes chutes, va falloir que je trouve d'autres idées)